Blog fermé malgré ses quarante mille lecteurs, voici pourquoi : «Pour l’essentiel, nos concitoyens approuveront – de nouveau – et respecteront une mesure les privant de liberté. Mais une fois de plus, les Français doutent de leurs concitoyens, car ils sont 54% à penser que ceux d’entre eux concernés (par le couvre-feu) ne le respecteront pas», analyse Gaël Sliman, le président d’Odoxa. Ils reconnaissent à Emmanuel Macron d’avoir été clair (63%) et d’avoir montré qu’il comprenait les préoccupations du pays (55%). » On ne baisse pas les bras, on hausse les épaules alors. Demandez ici notre PDF sur coronavirus et servitude volontaire. Luc 6, 44 : « Car chaque arbre se connaît à son fruit. On ne cueille pas des figues sur des épines, et l’on ne vendange pas des raisins sur des ronces. »

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/les-francais-approuvent-le-couvre-feu-annonce-par-emmanuel-macron-20201015

les Français acceptent le couvre-feu

SONDAGE – Selon notre enquête Odoxa-Dentsu consulting réalisée avec Franceinfo, 64% des Français sont favorables à la mesure.Par Le FigaroPublié le 15 octobre 2020 à 17:13, mis à jour le 15 octobre 2020 à 17:43

Au lendemain de l’interview sur TF1 et France 2 d’Emmanuel Macron, suivie par près de 21 millions de téléspectateurs, l’opinion approuve ses décisions.
Au lendemain de l’interview sur TF1 et France 2 d’Emmanuel Macron, suivie par près de 21 millions de téléspectateurs, l’opinion approuve ses décisions. LUDOVIC MARIN/AFP

Les français approuvent largement le couvre-feu annoncé mercredi par Emmanuel Macron. Ils sont 64% à y être favorables, selon notre enquête Odoxa-Dentsu consulting réalisée avec Franceinfo. Le chiffre est le même chez les Français directement concernés. 35% sont opposés. Ce sont surtout les sympathisants de La République en marche (83%) et des Républicains (70%) qui approuvent le choix du chef de l’État. Ceux du Rassemblement national ne sont que 52% à accepter le couvre-feu. Les mêmes sont 71% à penser que les Français ne le respecteront pas.À LIRE AUSSI : Covid-19: le couvre-feu est-il efficace dans les pays qui le mettent en œuvre?

«Pour l’essentiel, nos concitoyens approuveront – de nouveau – et respecteront une mesure les privant de liberté. Mais une fois de plus, les Français doutent de leurs concitoyens, car ils sont 54% à penser que ceux d’entre eux concernés (par le couvre-feu) ne le respecteront pas», analyse Gaël Sliman, le président d’Odoxa. Ils reconnaissent à Emmanuel Macron d’avoir été clair (63%) et d’avoir montré qu’il comprenait les préoccupations du pays (55%).

Maréchal les voilà (François) ! Le Figaro confirme la triste vérité : 64% des veaux de souche sont pour le couvre-feu. « Chacun d’eux, retiré à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres…Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire , qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l’âge viril ; mais il ne cherche, au contraire, qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance ». Le troupeau prophétisé par Tocqueville est arrivé masqué, piqué, étiqueté et surtout « enthousiaste » (Céline). Nos citoyens collabos reprochent au pouvoir de ne pas assez contrôler le résistant susceptible de tricher avec ce couvre-feu. NDLR : nous avons des confirmations tristement personnelles de ce basculement enthousiaste de l’opinion. Le pouvoir n’en fait pas assez !

https://www.liberation.fr/checknews/2018/06/22/la-france-represente-t-elle-1-de-la-population-mondiale-et-15-des-aides-sociales-comme-le-dit-le-poi_1659048

Libé pas d’accord mais subventionné à 100% par l’Etat alors….

Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde : je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d’eux, retiré à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres. […]
Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire , qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l’âge viril ; mais il ne cherche, au contraire, qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance ; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu’ils ne songent qu’à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur ; mais il veut en être l’unique agent et le seul arbitre ; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages ; que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ?

http://coursphilosophie.free.fr/corriges/texte_tocqueville.php

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/les-francais-approuvent-le-couvre-feu-annonce-par-emmanuel-macron-20201015

Les français approuvent largement le couvre-feu annoncé mercredi par Emmanuel Macron. Ils sont 64% à y être favorables, selon notre enquête Odoxa-Dentsu consulting réalisée avec Franceinfo. Le chiffre est le même chez les Français directement concernés. 35% sont opposés. Ce sont surtout les sympathisants de La République en marche (83%) et des Républicains (70%) qui approuvent le choix du chef de l’État. Ceux du Rassemblement national ne sont que 52% à accepter le couvre-feu. Les mêmes sont 71% à penser que les Français ne le respecteront pas.À LIRE AUSSI : Covid-19: le couvre-feu est-il efficace dans les pays qui le mettent en œuvre?

«Pour l’essentiel, nos concitoyens approuveront – de nouveau – et respecteront une mesure les privant de liberté. Mais une fois de plus, les Français doutent de leurs concitoyens, car ils sont 54% à penser que ceux d’entre eux concernés (par le couvre-feu) ne le respecteront pas», analyse Gaël Sliman, le président d’Odoxa. Ils reconnaissent à Emmanuel Macron d’avoir été clair (63%) et d’avoir montré qu’il comprenait les préoccupations du pays (55%).

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/les-francais-approuvent-le-couvre-feu-annonce-par-emmanuel-macron-20201015

Nicolas Bonnal ne se masque pas la face et se prépare au pitre, pardon au pire en pratiquant la prêche sous-marine : « car, pendant ce temps, le Titanic des Temps d’Après poursuit son triste destin. Charles Hugh Smith ne se fait pas la moindre illusion, pas un seul instant. Nous non plus. Nous sommes destinés à boire l’iceberg jusqu’au dernier cube de glace de ces temps de crise climatique. Il est absolument évident que le Système suivra, en pire, en buvant la tasse encore plus monumentale, le destin du ‘géant des mers’. L’analogie de Charles Hugh Smith vaut donc d’être parcourue et méditée. »

Le 14 avril 1912, le paquebot Titanic, considéré comme insubmersible en raison de l’étanchéité de ses compartiments de coque, est entré en collision avec un énorme iceberg, par une nuit étrangement calme et sans lune. Aux premières heures du 15 avril, l’immense navire se brise en deux et coule, emportant dans son naufrage la majorité de ses passagers et de son équipage.

Sur les 2 208 passagers et membres d’équipage, 1 503 ont péri et 705 ont survécu. Les canots de sauvetage avaient une capacité maximale de 1 178 personnes, ce qui fait au moins 475 morts de trop.

La complaisance initiale des passagers et de l’équipage après la collision est une autre source d’analogies concernant la capacité sans fin de l’humanité à nier.

La structure de classe de l’époque était appliquée par les autorités, représentées par les officiers du navire. Alors que la situation devenait visiblement tendue et  menaçante, les passagers de première classe étaient installés dans les canots de sauvetage restants tandis que les passagers de troisième classe, – dont nombre d’immigrants, – étaient bloqués à bonne distance du pont. Les officiers avaient pour instruction de faire éventuellement usage de leurs revolvers.

Les deux tiers des passagers sont morts, mais les pertes n’ont pas été réparties de manière égale : 39% des passagers de première classe, 58% des passagers de deuxième classe et 76% des passagers de troisième classe ont péri.

Les calculs rudimentaires du concepteur du navire, qui était à bord pour superviser le voyage inaugural, révélèrent rapidement aux officiers que le navire allait couler et qu’il n’y avait aucun moyen de l’arrêter. Le navire avait été conçu pour survivre à la mise sous eau de quatre compartiments étanches, et pouvait probablement rester à flot si un cinquième était endommagé ; mais la sort en était jeté s’il y en avait six. L’eau se répandrait inévitablement dans les compartiments adjacents et chuterait comme des dominos jusqu’à ce que le navire coule.

Qu’ont fait les autorités de ces informations ? Totalement incapables d’agir efficacement, elles ont complètement oublié leur expérience et leur mesure et ont consacré toutes leurs ressources à faire respecter la hiérarchie des classes et l’aspect chevaleresque des relations entre sexes de l’époque : 80% des passagers masculins ont péri et 25% des passagers féminins.

L’embarquement des passagers dans les canots de sauvetage fut si mal organisé seulement 60 % de la capacité des canots de sauvetage était utilisé.

Au contraire, si les officiers avaient courageusement accepté l’inévitabilité du naufrage du navire dès le début et conçu un plan pour minimiser les pertes de vie ? Il n’aurait pas fallu un extraordinaire sursaut de créativité pour organiser les volontés de l’équipage et des passagers afin de récupérer du navire tout ce qui pouvait flotter, – chaises de pont en bois, fauteuils, parois, etc. Du fait que la mer était extrêmement calme mais glacée cette nuit-là, il aurait suffi de maintenir les naufragés hors de l’eau sur les débris flottants.

Plutôt que de promouvoir l’absurde simulacre selon lequel le navire allait bien, très bien merci alors que le temps de la catastrophe était compté, les autorités auraient pu rassembler femmes et enfants à bord des canots de sauvetage.

Sur les 1 030 personnes qui n’auraient pu être placées dans un canot de sauvetage, 890 étaient des membres d’équipage, dont environ 25 femmes. Les membres d’équipage étaient presque tous dans la force de l’âge. Si quelqu’un pouvait survivre plusieurs heures sur un radeau partiellement submergé, c’était bien les gens de l’équipage. (Le premier bateau de sauvetage est arrivé environ deux heures après le naufrage du Titanic.)

Cet effort précipité pour sauver tout le monde à bord aurait-il réussi ? Au minimum, il aurait permis de sauver 475 âmes supplémentaires grâce à un chargement minutieux des canots de sauvetage à leur capacité maximale, et si les radeaux de fortune avaient offert une flottaison significative, beaucoup plus de vies auraient été sauvées.

Plutôt que de consacrer des ressources au maintien de la prétendue sécurité et de l’ordre, que se serait-il passé si les dirigeants du navire avaient concentré leur réponse sur une question simple : que fallait-il faire pour que les gens survivent à une nuit glaciale une fois les canots de sauvetage remplis et le navire coulé ?

Je pense que vous voyez l’analogie avec le présent. Nos dirigeants, tels qu’ils sont, consacrent des ressources à maintenir l’absurde prétexte que tout sera magiquement ramené à la situation de septembre 2019 si nous imprimons juste assez d’argent et renflouons l’aristocratie financière.

Que nous en soyons conscients ou non, nous réagissons en acceptant passivement l’oubli des réalités catastrophiques ou pré-catastrophiques. L’économie et l’ordre social étaient déjà fragiles avant la pandémie, et ces fragilités se désintègrent si rapidement. Nous devons commencer à penser au-delà des simulacres et des relations publiques.

Charles Hugh Smith

Qui a dit que le masque empêchait de respirer ??? En Andalousie en octobre, je peux vous certifier moi que c’est strictement indispensable ! Il fait 23 degrés, l’eau est à 21, le mètre carré à 700 euros et on laisse le parigot à ses maîtres tarés et à ses cons finis ! Blog fermé, et pour cause !

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2020/10/17/vu-de-russie-le-regime-du-covid-un-regime-occupation/

François nous écrit : excellent docteur Perronne, le problème c’est qu’il parle comme Toussaint ou Raoult dans le vide, la machine infernale est devenue folle. Les socialistes au pouvoir comme Véran rêvaient comme toujours de dictature, ils y sont parvenus sans résistance. Je comprends que tu te sois lassé devant l’inertie du troupeau. Le risque est grand qu’ils enferment les réfractaires. Notre réponse : Hayek et Goldberg ont tout compris. Socialos = nazis. On adore maintenant LA SERVITUDE. Philippot m’amuse : ils étaient dix à résister dans la rue. Et Perronne ne comprend pas les idiots qui se font tester (ils sont dix millions et ils ont peur et ils veulent être enfermés et surtout piqués). Et Bercoff ne comprend pas les regards méchants quand on ne porte pas de masques. Pour établir une dictature, il faut être deux : tyran et troupeau mâchonnant. Knock, Knock…

https://nicolasbonnal.wordpress.com/2020/08/23/le-professeur-perronne-evoque-les-labos-sacripants-et-experts-mecreants-la-colere-des-francais-lui-le-maltraite-de-peronne-et-il-conteste-tout-ici-confinement-inutile-25-000-morts-de-plus-et-pas/

KNOCK: Songez que dans quelques instants, il va sonner 6h Pour mes malades, 6h, c’est la 2e prise de température rectale Dans quelques instants, 250 thermometres vont pénétrer a la fois Mon cher confrere

Un lecteur roumain nous envoie cet icone : occasion pour nous de rappeler que ce système et ses démons méphitiques s’en prennent surtout à leurs serviteurs, à leurs adorateurs, bobos, remueurs, touristes, soixante-huitards retraités, salariés distraits, étudiants zombies, maniaques des infos, des transports et matrices, abonnés affabulateurs de carrière et de vide, petits fonctionnaires et batraciens des temples et des banques, adorateurs taurins de cette bête immonde et de sa clique de fric ; que ce système aussi désosse ses urbains emmitouflés depuis deux siècles dans leur ghetto urbain et leur chape de plomb, bouillis aux hormones, en réalité benêts si complets qu’ils ne se rendent plus compte qu’on leur rougit les côtes, disait Léon Bloy, avec une tenaille de fer ; alors qu’on leur promet prison, migrants, vaccins et dragonnades, voilà que nos blaireaux babyloniens en redemandent, ces volontaires toujours plus enthousiastes (Céline). Livre sur coronavirus disponible ici, et broché sur Amazon.fr.

Agenda sataniste de dépopulation. Trente millions de Français en moins d’ici cinq ans (voyez organisme Deagel, Boulianne, Olivier). Blog heureusement fermé. Comprenez vite pourquoi. Courrier de notre ami urbaniste Pierre le Vigan : « A Nice dans les transports des caméras détectent les personnes mal masquées et un message se déclenche en boucle jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucune personne non masquée ou mal masquée. A cela s’ajoutent des drones. » La servitude volontaire est-elle NO LIMIT ? Qui a fait la queue pour se faire tester pour se faire enfermer pour se faire vacciner pour se faire voler pour se faire exterminer ? On ne va pas les plaindre maintenant non ???

https://nicolasbonnal.wordpress.com/2020/10/09/blog-ferme-recueil-a-paraitre-la-semaine-qui-vient-coronavirus-et-servitude-volontaire-une-introduction/

https://nicolasbonnal.wordpress.com/2018/01/25/la-boetie-et-la-servitude-volontaire-en-2018/

https://deagel.com/country

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2020/10/13/delirium-tremens-a-lelysee-macron-veut-un-couvre-feu-dans-les-zones-a-risque/

Blog arrêté : notre conviction comme on sait est que nous sommes réduits en soumission avant d’être ruinés puis exterminés. Cela se passera principalement en Europe avec la bénédiction des élites cooptées et le consentement de la masse pacifiée par la trouille et les médias. Pas besoin d’en rajouter alors. Lucien Cerise nous cite ici dans cette interview (vers la septième minute, merci à Alexandre). Je lui avais jadis fait comprendre que nous sommes devenus de la viande face au pouvoir et aux manipulateurs de symboles qui luttent magiquement contre la matière et (dixit Lucien) le règne animal, surtout humain. Voici les extraits à ce sujet de notre livre Internet, nouvelle voie initiatique (Les Belles Lettres, 2001, traduit en portugais par l’institut Piaget au Brésil, une du Mondes Livres alors, référence de thèses de doctorat, etc.). Demandez-le nous aussi gratuitement en PDF.

Page 32 :

La démocratisation des ordinateurs et de l’Internet n’est évidemment pas une solution aux  inégalités, qu’elle a plutôt accrues et renforcées depuis vingt ans : ce n’est pas forcément un  crime, mais pourquoi mentir sur ce sujet ? Robert Reich, professionnel un peu plus avisé, le  reconnaît dans son essai sur la mondialisation : les manipulateurs de symboles- l’argent est le  symbole par excellence – connaissent une croissance exponentielle  de leurs revenus. Les autres salariés deviennent la viande décrite par l’écrivain  inventeur du mot cyberspace William Gibson. Chômage, précarité, flexibilité, migrations  misérables et explosion des populations carcérales à travers les cinq  continents démontrent cette montée des inégalités.

Robertson est un utopiste dans la lignée totalitaire de Campanella. Il rêve d’un  minimum de population terrestre qu’il estime à quelques dizaines de millions. Ce  petit nombre d’élus est rendu nécessaire du fait des options écologiques actuelles : quelques dizaines de millions de personnes pourraient dépendre de l’énergie  solaire et une technologie qui recyclerait les ressources. Quelques dizaines de  millions de personnes signifient que 99 % des humains survivant plus ou moins  sont ici des intrus.

Page 53 :

William Gibson, l’inventeur du cyberspace, imaginait en 1983 une société duale  gouvernée par l’aristocratie des cyber-cowboys naviguant dans les sphères  virtuelles. La plèbe des non-connectés était désignée comme la  viande. Elle relève de l’ancienne économie et de la vie ordinaire dénoncée par les  ésotéristes. La nouvelle élite vit entre deux jets et deux espaces virtuels, elle décide  de la consommation de tous, ayant une fois pour toutes assuré le consommateur  qu’il n’a jamais été aussi libre ou si responsable. Dans une interview diffusée sur le

Net, Gibson, qui est engagé à gauche et se bat pour un Internet libertaire, dénonce  d’ailleurs la transformation de l’Amérique en dystopie (deux millions de prisonniers,  quarante millions de travailleurs non assurés…). Lui-même souffre d’agoraphobie  cyberspatiale et ne se connecte jamais ; mais il encourage les pauvres, l’underclass, à le faire pour oublier ou dépasser le cauchemar social américain.

Internet, nouvelle voie initiatique, réédité en 2017 par les éditions Avatar.

Citation après septième minute :

LIVRE CITE ICI :

livre en portugais :

https://www.wook.pt/livro/internet-a-nova-via-iniciatica-nicolas-bonnal/89639

Livre sur coronavirus gratuit (PDF), demandez-le moi. Blog fermé, voici pourquoi. Il est bon de se moquer de ceux qui ont peur de mourir du virus ; à condition de ne pas mourir de trouille à propos du vaccin, des contre-ordres des bourriques au pouvoir, de la famine universelle, de la guéguerre civile ou incivile, du cours de l’or, des aléas, des russes, des migrants, des flics ou des chinois ; cette vie devient une somme de petites peurs enchevêtrées et dépendantes du « flot de purin de la mélodie mondiale » (Francis Ponge), groupe nominal dont nos infos s’honorent. Certains nous ont gâché la vie avec le jugement dernier, qui aujourd’hui votent Bergoglio, d’autres ont eu la peur de l’armée rouge, qui aujourd’hui encensent Poutine, d’autres ont eu la peur du socialisme, qui aujourd’hui volent en hélicoptère-monnaie. Tout cela n’est pas très sérieux et nous éloigne de notre seul objectif solide, la paix intérieure. Passionnante interview de notre ami Lucien Cerise en promo…

Vive l’Alhambra vidée par ce virus qui a remplacé le russe. Coupez le web et arrêtez d’accuser le système. Thoreau résumait notre situation ainsi : « Qu’a-t-il de divin, qu’a-t-il d’immortel ? Voyez comme il se tapit et rampe, comme tout le jour vaguement il a peur, n’étant immortel ni divin, mais l’esclave et le prisonnier de sa propre opinion de lui-même, renommée conquise par ses propres hauts faits. L’opinion publique est un faible tyran comparée à notre propre opinion privée. » Il faut se libérer de la contrainte extérieure, matérielle et morale, puis de la personnelle. Vivre sans besoin d’argent et sans bourrage de crâne. Se rappeler aussi que les Etats US les plus pourris sont ceux où l’on est pourtant le plus proche de la nature et le moins nombreux (Washington, Oregon, Idaho). Pourquoi ? Parce que cette jeunesse blanche (99% des BLM sont des blancs) est rongée par son « opinion privée ».

Walden, ebooksgratuits.com, p. 9