Célébrons la vierge du Pilar avec les bons catholiques hispaniques – à Saragosse…

Célébrons la vierge du Pilar avec les bons catholiques hispaniques – à Saragosse…

Virgen santa, Madre mía,
luz hermosa, claro día,
que la tierra aragonesa
te dignaste visitar(bis)

Este pueblo que te adora
de tu amor favor implora
y te aclama y te bendice
abrazado a tu Pilar.

Pilar sagrado, faro esplendente,
rico presente de caridad.
Pilar bendito, trono de gloria,
tú a la victoria nos llevarás.

Cantad, cantad
himnos de honor y de alabanza.
Cantad, cantad
a la Virgen del Pilar.

Milagros atribuidos[editar]

Se atribuyen a la intercesión de la Virgen del Pilar diversos milagros, entre los que destacan la asombrosa curación de doña Blanca de Navarra, a la que se creía muerta, y las de invidentes como el niño Manuel Tomás Serrano y el organista Domingo de Saludes o el llamado «Milagro de Calanda», por el que al mendigo Miguel Pellicer, nacido en Calanda, se le restituyó la pierna que le fue amputada en octubre de 1637. Este suceso extraordinario ocurrió el 29 de marzo de 1640 y fue proclamado como milagro el 27 de abril de 1641 por el arzobispo Pedro Apaolaza Ramírez, tras un proceso en el que intervinieron tres jueces civiles y fueron interrogados veinticinco testigos. Ese mismo año, el rey Felipe IV mandó ir a palacio a Miguel Pellicer y arrodillándose ante él le besó la pierna. Este hecho prodigioso determinó que en 1642 la Virgen del Pilar se convirtiera en co-patrona de Zaragoza junto a San Valero. Más mundanos resultan otros hechos que se le atribuyen, como liberaciones de presos, superación de pruebas o éxitos económicos y deportivos.

 

Publicités

Tom Cruise et Barry Seal encore (un article de lewrockwell.com)

L’affiche du film « American Made », qui sortira vendredi 29 septembre, montre un Tom Cruise grinçant et arrogant comme le trafiquant de drogue Barry Seal, transportant un sac de voyage bourré d’argent. « Ce n’est pas un crime si vous le faites pour les bons gars », l’affiche taquine. La bande-annonce du film se vante de son travail simultané pour «la CIA, la DEA et Pablo Escobar».

Un critique a été amené à demander: « Donc, Seal était-il un triple agent? » Les producteurs disent que cette histoire folle, basée principalement en Arkansas, est « basée sur un vrai mensonge ».

« American Made » est le deuxième film d’Hollywood sur Seal, le trafiquant devenu informateur du gouvernement qui devient rapidement le plus hors-la-loi de l’Amérique. HBO a sorti le premier, « Doublecrossed », mettant en vedette Dennis Hopper en tant que Sceau, en 1991, cinq ans après le meurtre controversé de Seal.

Lorsque le film de Cruise a été annoncé, son titre allait être « Mena », après la ville de l’Arkansas où une compagnie locale a caché l’avion de Seal et les a modifiés pour des gouttes de drogue. J’étais un reporter spécialisé dans les drogues dans les années 1980, mais j’ai appris la présence de Seal pendant trois ans à Mena seulement après la nuit de 1986 quand des assassins colombiens l’ont abattu à Baton Rouge, La.

Je suis devenu l’un des nombreux journalistes qui ont essayé de démêler l’histoire de Seal et, bien que cette tâche se soit révélée impossible, j’ai beaucoup appris sur lui. Mais maintenant, les morceaux rassemblés à propos de Seal ont fourni assez de matériel – assez de «vrais mensonges» – pour qu’Hollywood se faufile dans des films qui élargissent sa légende.

Mais son histoire actuelle est jonchée d’impasses – des secrets qui sont toujours soigneusement conservés – en particulier en Arkansas. Et ici, je suis désolé de le dire, certains dossiers de police qui étaient ouverts au public il y a 20 ans ne sont apparemment plus disponibles.

Je ne le saurais pas si ce n’était pour le film de Cruise. Quand il a été annoncé avec une sortie prévue en 2016, Rod Lorenzen, le directeur de Butler Center Books, une division du Centre Butler pour les études Arkansas, m’a demandé d’écrire une histoire de Seal en Arkansas pour correspondre à la sortie du film. J’ai été honoré. Le Butler Center fait partie du très respecté Arkansas Studies Institute, une création du Central Arkansas Library System et de l’Université de l’Arkansas à Little Rock.

Je suis un grand admirateur de l’ASI et considère son personnel comme mes amis. Pourtant j’ai refusé. J’ai dit à Lorenzen que le livre qu’il proposait serait trop difficile à écrire; qu’il y avait encore trop de gens au pouvoir – dans les deux partis politiques – qui ne voulaient pas raconter l’histoire complète de Seal.

Mais Lorenzen a persisté. Je commençai à hésiter, rappelant les mots de certains Arkansans qui avaient connu Barry Seal.

« Je peux arrêter un vieux hillbilly ici avec une livre de marijuana et un juge et un jury locaux l’enverraient au pénitencier », avait dit un ancien shérif de Mena en 1988, « mais un gars comme Seal vole et sort avec des centaines de livres de cocaïne et il reste libre.  »

L’avocat de la poursuite avait déclaré: «Je crois que les activités de M. Seal ont été si précieuses pour la Maison Blanche Reagan et si sensibles qu’aucune information concernant les activités de Seal n’a pu être divulguée au public. Le résultat final a été que non seulement Seal, mais tous ses confédérés et tous ceux qui ont travaillé avec lui ou qui l’ont aidé dans le trafic de drogue ont été protégés par le gouvernement.  »

(…)

https://www.lewrockwell.com/2017/10/no_author/whos-afraid-of-barry-seal/

 

Dante et le transhumanisme (et ce qu’il veut dire vers 1300 de notre ère)

Dante et le transhumanisme (et ce qu’il veut dire)

 

Comment donner envie à mon gentil lecteur de lire, IE de vivre spirituellement avec, Dante ? Ma foi…

Essayons :

 

Pour comprendre Dante, trois livres au moins : Luigi Valli (il linguaggio segreto…), Guénon (l’ésotérisme chrétien, ésotérisme de Dante), tous disponibles sur le web et le merveilleux miroir de l’intellect de Burckhardt disponible en anglais, chapitre sur Dante.

 

Schopenhauer disait que Dante avait raté son paradis. On aime bien Schopenhauer mais il incarne la limite spirituelle du dix-neuvième siècle.

On trouve chez Dante donc le terme transhumanisme :

 

Trasumanar significar per verba

Non si porìa; però l’esempio basti

A cui esperienza grazia serba.

(Paradiso, v.70-72)

 

La traduction française étant débile, on va donner celle de Titus Burckhardt, disponible en anglais (quand l’anglais s’élève il devient du français) :

To pass beyond the human state is not to be described in words; wherefore let the example satisfy him for whom grace has reserved the experience. (Paradiso, I, 70-1)

 

Dante explique ensuite que l’expérience spirituelle ne peut être décrite, la mémoire défaillant (on retrouve cette idée profanée ou dés-intéressante dans les bons films de Resnais et les séries des années soixante) :

 

Nel ciel che più della sua luce prende,

Fu’ io; e vidi cose che ridire

Nè sa nè può qual di lassù discende:

Perchè, appressando sè al suo disire,

Nostro intelletto si profonda tanto

Che retro la memoria non può ire.

 

Traduction Burckhardt :

 

In that heaven which most receiveth of His light, have I been; and have seen things which whoso descendeth from up there, hath neither faculty nor power to re-tell; because, as it draweth nigh to its desire, our intellect sinketh so deep, that memory cannot go back upon the track.

 

(Paradiso, I, 4-9)

 

Dante et la science sacrée. Comment peut-on nier que l’on ignorât la terre, le soleil, les systèmes solaires ? Comment a-t-on pu convaincre les vrais, les abrutis du monde moderne donc, que leurs ancêtres étaient des abrutis ? Enfin, lisez…

 

Burckhardt cite aussi la fin de la Comédie :

 

All’alta fantasia qui mancò possa;

Ma già volgeva il mio disiro e velle,

Si come ruota ch’egualmente è mossa,

L’amor che muove il sole e l’altre stelle.

 

Ici je donnerai enfin la traduction en français :

 

L’imagination perdit ici ses forces ;

mais déjà mon envie avec ma volonté

tournaient comme une roue aux ordres de l’amour

qui pousse le soleil et les autres étoiles.

 

Le tour de Gaulle de Nicolas Bonnal (en passant par la Russie)

Nicolas Bonnal

 

 

Pourquoi de Gaulle adorait la Russie

Suivi de

Chroniques anti-globales

 

Toute sa vie, on redécouvre de Gaulle. Je l’ai redécouvert à Jaén, dans le parador sublime où il écrivit quelques pages de ses prestigieuses mémoires. L’édifice en retentit encore, le personnel en parle. Je l’ai redécouvert par hasard sur le web, sur un des sites qui le citent encore. Je l’ai redécouvert un soir à Paris en croisant son fils avec mon propre père ; nous avons discuté quelques instants, et c’était céleste. Le coucher de soleil, le Ranelagh, les jardins, le fils qui se rappelait et qui comme son père habite dans une autre dimension. Je me sentais tout près de Jean Parvulesco qui a sublimement évoqué le Général et sa brigade qui n’est pas de ce monde.

Lorsqu’effaré par la tournure que prend notre hostilité commanditée envers la Russie, j’ai écrit pour Sputnik j’ai retrouvé, toujours par hasard, ses pages extatiques sur la Russie, celles de la Guerre et celle du discours de son voyage à Moscou. Elles étaient sublimes, et en quelques heures j’avais des dizaines de milliers de lecteurs ; car les Français attendent un réveil – au moins ceux qui veillent.

Puisse ce livre divisé en deux parties (et non deux partis…) y contribuer. La première évoque le général et ses formidables incartades contre le machin européen et la domination anglo-saxonne ; la deuxième reprend mes chroniques de Dedefensa.org et de reseautinternational.net, prises et reprises sur des dizaines d’autres sites de la résistance locale et globale…

Les gens dorment, et quand ils meurent, ils réveillent, aurait dit le prophète

Comment el sistema te vuelve muy tonto y muy cretino (sur reseauinternational.net !)

J’ai évoqué le problème du déclin intellectuel US avec Allan Boom (déclin qui nous concerne hélas tous maintenant en Oxydant). Je citerai ici le chercheur et ancien militaire Joachim Hagopian qui publie sur Globalresearch.ca, et qui nous rappelle que la notion de Dumbing down nous vient… des scénaristes d’Hollywood comme tout le reste ou presque. Le texte a été publié sous la déjà très oubliée mais très hyper-fasciste présidence Obama.

Trois moyens privilégiés pour anéantir les peuples et les individus : éducation, médias, pharmacie.

« Mon sujet se concentre sur la myriade de façons dont les pouvoirs en place aux États-Unis ont systématiquement banni les Américains en tant que société pendant très longtemps – le tout par un calcul méticuleusement calculé.
L’exemple le plus évident de la façon dont les Américains ont été abrutis est le système d’éducation publique raté de cette nation. Il n’y a pas si longtemps, l’Amérique a régné en maître comme modèle pour le reste du monde en fournissant le meilleur système d’éducation public et gratuit de la maternelle à la 12e année sur la planète. Mais au cours des dernières décennies, alors qu’une grande partie du reste du monde nous a échappé, il semble qu’un programme fédéral insidieux a été mis en place pour conditionner et endoctriner une population de citoyens robotiques et stupides qui font simplement ce qu’on leur dit, et bien sûr le lavage de cerveau commence tôt dans les écoles américaines. »
Mais avant de plonger dans les nombreuses façons dont nous avons été dupés et anéantis au cours des années, un regard froid et dur sur le résultat dévastateur semble très en ordre ici. Avec des avertissements catastrophiques d’effondrement imminent, l’économie américaine patauge toujours en récession, émaciée et coupée du soutien de la vie, conséquence de mener trop de guerres autour du monde (qu’elles soient les plus longues défaites coûteuses dans l’histoire américaine ou les petites guerres des Special Ops en pleine ascension secrètement dans tous les coins du globe ou le favori personnel d’Obama, le  terrorisme parrainé par l’État du ciel rempli de drones). En tant que pion du complexe industriel militaire, le gouvernement américain a choisi une guerre permanente contre son propre peuple. »

Hagopian enfonce le clou libertarien des antisystèmes américains :
« Avec les États-Unis, la plus grande nation débitrice sur terre, les Américains se noient dans la dette comme des dommages collatéraux désespérément piégés par un Empire en expansion rapide désespérément désespéré de rester la seule superpuissance mondiale, même si cela signifie la mort de toute la race humaine. A la maison, l’infortunée population américaine est de plus en plus victime de la tyrannie et de l’oppression de son propre gouvernement sous la surveillance perpétuelle de la surveillance criminelle et d’un État de sécurité militarisé brutal, laissant ses citoyens sans défense, liberté, liberté ou cachette. Après des siècles de conception soigneusement orchestrée, les oligarques de la cabale bancaire ont finalement obtenu ce qu’ils complotaient et complotaient, l’austérité et l’appauvrissement mondialement réduits réduisant la vie en Amérique et dans le monde à un statut quasi-tiers et un contrôle absolu. »

Comme Lucien Cerise, Hagopian évoque l’ingénierie de la crétinisation sociale :

« Mais ce résultat lamentable a longtemps été en cours sur de nombreux fronts. Pendant de nombreuses décennies, une grande expérience d’ingénierie sociale avec les jeunes Américains s’est efforcée d’homogénéiser le plus petit dénominateur commun de la médiocrité, créant des générations de jeunes Américains qui ne savent ni lire ni écrire, ni penser d’une manière critique. Selon une  étude de l’an dernier  par le ministère de l’ Éducation des États – Unis, 19% des diplômés américains de l’ école ne peut pas lire, 21% des adultes lisent en dessous de 5 e  année d’études et que ces taux alarmants ont pas changé au cours des dix dernières années. »

Résultat orwellien derrière la Chine :

« Les résultats des tests internationaux du  PISA 2012 Les étudiants américains accusent un retard par rapport à la quasi-totalité des pays développés. La Chine a dominé les 65 nations tandis que les adolescents américains ont de nouveau obtenu des notes égales ou inférieures à la moyenne en mathématiques, en lecture et en sciences. C’est parce que le système éducatif actuel ne consiste plus à apprendre les AB-C de base, mais simplement à lancer une sous-classe de travailleurs de la force de travail».
Hagopian rappelle  ici :

Il s’avère que le «père de l’éducation moderne» des États-Unis,  John Dewey , un admirateur éhonté de Staline et de son système éducatif, a proclamé son programme du NWO en 1947:

« … l’établissement d’un véritable ordre mondial, un ordre dans lequel la souveraineté nationale est subordonnée à l’autorité mondiale … »

En tant que premier directeur général élu de l’UNESCO, le professeur britannique Julian Huxley  (frère d’Aldous), l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture publia en 1949 des brochures expliquant l’importance de l’éducation des enfants. La «loyauté familiale» était identifiée comme le plus grand obstacle à leurs ambitions démoniaques : «Tant que l’enfant respire l’air empoisonné du nationalisme, l’éducation au monde ne peut que produire des résultats précaires.»

Hagopian rappelle à quoi sert le financement de l’éducation :

« En second lieu seulement au ministère de la Défense dans son budget annuel, plus de dollars des contribuables américains sont acheminés au ministère de l’Éducation que tout autre secteur public. Le budget discrétionnaire pour l’éducation à partir de 2015 est  de 68,6 milliards de dollars . Et ces jours-ci, la plupart de ces dollars sont gaspillés pour financer la privatisation d’un système éducatif déjà raté. »

Après on est dans le film Idiocracy (je le trouve moyen : pourquoi se projeter dans cinq siècles alors que nous sommes déjà ici ?) :

« Cette conception gouvernementale pour que l’éducation publique s’éloigne de l’apprentissage académique réel pour devenir un simple pipeline pour la formation d’une future main-d’œuvre docile et obéissante n’a fait que s’accélérer sous les stéroïdes pendant le régime d’Obama. Avec l’actuel secrétaire à l’éducation d’Obama et ancien PDG des écoles publiques de Chicago, Arne Duncan, et Rahm Emmanuel, le maire de Chicago actuel, comme Obama et Duncan, le scénario qui se joue dans les rues meurtrières de Chicago enflamme le débat national grandissant… »

J’ai rappelé que Baudelaire s’en moque déjà de cet abrutissement et de cette violence US. On tire comme à Las Vegas dans les salles de spectacles, explique-t-il dans sa préface à Edgar Poe ! Mais continuons :

« Le gouvernement fédéral résout son programme en poussant des tests standardisés et en testant la performance comme panacée sous la forme de normes communes et d’écoles à charte privatisées sous le couvert d’une éducation publique payée par l’impôt. Bien sûr, la privatisation de l’école dans de nombreux districts autour de cette nation chrétienne signifie aussi que le créationnisme est maintenant enseigné au lieu de l’évolution. Bien sûr, cet abrutissement systémique de notre système éducatif imprègne également un processus parallèle dans l’écrémage des manuels vendus aux écoles. L’omission de la vérité et l’inclusion de la fausse désinformation et de la propagande dans les manuels scolaires ne sont qu’une autre forme de contrôle de l’esprit endoctriné. »

On saque les plus doués (conspirateurs !) qualifiés d’hyperactifs et sanctionnés comme le Nicholson de Vol au-dessus d’un nid de coucous :

« Quand ceux qui sont dotés de l’énergie optimale et deviennent souvent agités et ennuyés avec l’ennui ennuyeux de leur éducation commune d’usine de dénominateur, et particulièrement s’ils exercent librement un esprit ou une volonté individuelle dans la salle de classe, ils sont habituellement diagnostiqués et marqués avec Trouble de l’hyperactivité avec déficit de l’attention et lobotomies à des fins de contrôle afin que le personnel de l’école puisse gérer le troupeau plus facilement, ce qui est diabolique dans le système. »

Puis on évoque le rôle du web dans cet abrutissement, ce contrôle fasciste ici plutôt, de nos populations demeurées et passives :

« En cas d’urgence ou de crise dans les conditions de la loi martiale, Obama a déjà stipulé que dans l’intérêt de la sécurité nationale, la tromperie à la mode utilisée depuis le 11/9 pour justifier toutes les violations constitutionnelles des libertés civiles et du droit à la vie privée. Internet sera coupé. De toute évidence, cela saboterait instantanément et inverserait probablement tout progrès que les gens, les groupes et un mouvement mondial potentiel pourraient faire à travers le réseau de connexion vital que les ordinateurs fournissent. Et avec le gouvernement américain planifiant et préparant longtemps avant une telle urgence, il déploiera tous les appareils et ressources de sécurité utilisant la police et les forces armées pour réprimer toute agitation politique, sociale et économique ou révolte contre le gouvernement. Ce pouvoir de refuser l’accès à Internet est également la stratégie ultime pour s’assurer que le public américain reste sourd et muet et impuissant. »

Joachim Hagopian rappelle le rôle frémissant des armes de distraction massive des médias (neuf de connexion/jour, dont 5,5 de télé et 3 de radio), le nouvel opium des masses :

« Un autre moyen principal d’abrutir l’Amérique est à travers les médias. Si le public se préoccupe activement de la cuillère à ordures superficielle alimentée chaque jour par la télévision, les films, la musique, Internet, les jeux vidéo qui agissent tout aussi efficacement que la drogue la plus puissante qui émousse les sens et le cerveau, encore une fois un énorme contrôle sur la population est atteint et maintenu. Avec autant de divertissement que l’opium moderne aux masses pour détourner l’attention des gens, ces  armes de distraction de masse facilement rendre les gens inconscients de voir ce qui se passe réellement dans le monde. Composé avec le plus petit dénominateur commun attrayant aux intérêts les plus répugnants tels que la pornographie, le matérialisme grossier (utilisant des techniques de contrôle mental pour manipuler les consommateurs en dépensant de l’argent sur de fausses promesses de sexe, statut et bonheur) des effets hypnotiques captivés par les sports qui attirent aussi énormément d’argent, et les oligarques nous ont là où ils nous veulent – engourdis et abrutis. »

La Boétie en parle déjà : les jeux, les tavernes et le bordel pour calmer tout le monde.

Nous sommes transformés par des machines rendues vicieuses (machine, machè, le champ de bataille, en grec ancien) :
« Même les  taux de scintillement Les téléviseurs, les vidéos, les ordinateurs et le cinéma sont tous programmés pour contenir des propriétés cachées qui résonnent physiquement et modifient l’état d’onde alpha du cerveau humain pour induire un état d’esprit hypnotique, hypnotique et transe. Cela alimente littéralement les processus cognitifs du public de masse nourri de façon subliminale qui modifie et façonne les valeurs, les messages moraux et éthiques et les autosuggestions multiples qui ont de puissants effets contraignants sur l’inconscient des gens et leur comportement futur. C’est aussi une autre forme de lavage de cerveau calculé, de contrôle mental ainsi que de contrôle du comportement que les médias, en tant que véhicules de propagande et de désinformation, utilisent constamment. Le bombardement sensoriel continu 24/7 que les médias mettent sur les humains est un moyen très efficace de contrôle à la fois sur la culture et la population. »

On comprend la concentration et la conception alors du camp de concentration médiatique et numérique :

« Avec la  consolidation des médias Ces dernières années, limité à une poignée de sociétés transnationales de médias géants fusionnant avec les gouvernements nationaux, un monopole de la pensée, des croyances, des perceptions de la réalité et des valeurs fondamentales sont inculquées aux masses et secrètement maintenu. Ainsi, des populations entières de pays et de régions de la planète sont facilement influencées et contrôlées par l’élite à travers de puissants médias. Ajoutez les mensonges immédiats du gouvernement et des médias dominants comme de la propagande et du contrôle de l’esprit parrainés par l’État et les oligarques ont un contrôle absolu sur une population trompée, impuissante et désespérément inconsciente. »

Hagopian rappelle Brzezinski à notre bon souvenir oligarque :

« En 1970, dans son livre  Entre deux âges: le rôle de l’Amérique dans l’ère technotronique,  Brzezinski envisageait :

« L’ère technotronique implique l’apparition progressive d’une société plus contrôlée. Une telle société serait dominée par une élite, sans retenue par les valeurs traditionnelles. Bientôt, il sera possible d’assurer une surveillance presque continue de chaque citoyen et de maintenir des fichiers complets à jour contenant même les informations les plus personnelles sur le citoyen. Ces fichiers feront l’objet d’une récupération instantanée par les autorités. «

Rappelons malheureusement que les sites antisystèmes font moins de score que les sites d’infos officielles, et surtout de top-modèles ou de footeux. Je ne sais plus quelle modèle (une nommée Jenner je crois) a 85 millions d’admirateurs sur son site Instagram… relisez le texte de La Boétie bien sûr…

Après l’éducation et les médias, la pharmacie :

« Mentionnés plus tôt dans la description des propriétés addictives des médias attrayants, tous les médicaments, qu’ils soient illicites ou légaux, par leur nature même, bousculent les esprits et nuisent au fonctionnement de leur cerveau. Pourtant, les médicaments sur ordonnance et en vente libre sont souvent une dépendance, toujours étouffant les symptômes qu’ils soient physiques, mentaux ou émotionnels, agissant comme une évasion rapide ou une solution rapide pour tout ce que vous souffrez. Actuellement incroyable près de  70% de tous les Américains prennent au moins un médicament d’ordonnance. Entre les industries du tabac et de l’alcool de plusieurs milliards de dollars et l’industrie du Big Pharma de plusieurs milliards de dollars, ces entreprises brandissent des pouvoirs colossaux en Amérique, achetant des politiciens, dépensant des milliards en publicité, et souvent tuant des personnes dont la dépendance les domine. Dans une large mesure, les médicaments moins connus comme la caféine et le sucre possèdent également des caractéristiques addictives qui altèrent et mettent en danger l’esprit et la santé en cas de consommation excessive. »

Alcoolisée déjà, la population devient toxicomane et en meurt :

«  La toxicomanie rampante dans la société américaine devient encore un autre moyen très efficace de contrôle sur des millions d’humains qui luttent quotidiennement avec leurs démons très réels. Le nombre de décès liés à une surdose de drogue a augmenté de  540% depuis 1980 . Et quels que soient les dommages collatéraux de ceux qui meurent ainsi que ceux qui se livrent à des activités criminelles pour soutenir leur habitude, avec à la fois un complexe industriel carcéral privatisé et un système médical privatisé, les seuls profiteurs qui nourrissent les malheurs des affligés sont ce même pouvoir élite. C’est un autre gagnant-gagnant pour eux. »

La nourriture (que je range moi comme Platon dans la pharmacie) :

« Les mêmes effets néfastes et destructeurs ne viennent s’ajouter qu’aux effets néfastes et souvent mortels des aliments transformés chimiquement, des produits carnés chimiques et hormonaux, des organismes génétiquement modifiés (OGM) et des aliments contaminés par des pesticides que la quasi-totalité de la population américaine consomme une base quotidienne. Les masses s’empoisonnent à mort avec des toxines accumulées dans leurs corps. »

Comme le film « docteur Folamour » (qui fait mine comme je l’ai montré de dénoncer ce qu’il dénonce vraiment) Hagopian redoute le fluor :

« La même chose peut être dite pour le fluorure de toxine connu  qui est ajouté à l’eau potable des États-Unis du robinet. L’un des effets secondaires les plus recherchés est l’intelligence diminuée. La liste continue et sur la façon dont l’élite du pouvoir continue à mettre en danger et à nuire au public. Les vaccins contenant du mercure et d’autres métaux toxiques connus causent d’importants problèmes de santé qui tuent aussi les gens. Chemtrails de métaux plus toxiques pleuvoir tous les jours pendant des décennies sur les personnes sans défense des avions militaires ne peut pas avoir un impact positif sur la santé humaine. Les ondes électromagnétiques de l’homme et de la Terre peuvent aussi avoir la capacité de modifier l’activité électromagnétique dans le cerveau humain qui, à son tour, peut modifier les pensées, les émotions et le comportement. Pendant des années, les «ops noirs» ont expérimenté pour affiner et exploiter ce phénomène comme une arme militaire ».

Conclusion :

« Pourtant, sans surprise, les pouvoirs en place continuent de nier et de mentir au public en soutenant qu’aucun effet néfaste de l’une de ces sources controversées ne constitue un réel danger. »

On peut rajouter que dans ce système répugnant toute demande d’explication (attentat, crise, pollution, guerre, migrations, etc.) devient une théorie de la conspiration. C’est le quatrième pied de la table. J’y reviendrai.

Nicolas Bonnal

Sources

Nicolas Bonnal – La culture comme arme de destruction massive ; Kubrick et le génie du cinéma ; les grands écrivains et la théorie de la conspiration (Amazon.fr)

Tocqueville – De la démocratie en Amérique, II (uqac.ca)

Baudelaire – Préface aux Histoires extraordinaires (ebooksgratuits.com)

La Boétie – De la servitude volontaire (Wikisource.org)
En savoir plus sur http://reseauinternational.net/education-medias-pharmacie-comment-le-systeme-vous-abrutit/#7ZXEB1plhVLD5IF7.99

Comment Théophile Gautier écrit le français…

Comment Théophile Gautier et son  Matamore déclament le français

 

 

« Pour aujourd’hui, Scapin, je veux bien quelques instants laisser au fourreau ma tueuse, et donner aux médecins le soin de peupler les cimetières dont je suis le grand pourvoyeur. Quand on a comme moi détrôné le Sofi de Perse, arraché par sa barbe l’Armorabaquin du milieu de son camp et tué de l’autre main dix mille Turcs infidèles, fait tomber d’un coup de pied les remparts de cent forteresses, défié le sort, écorché le hasard, brûlé le malheur, plumé comme un oison l’aigle de Jupin qui refusait de venir sur le pré à mon appel, me redoutant plus que les Titans, battu le fusil avec les carreaux de la foudre, éventré le ciel du croc de sa moustache, il est, certes, loisible de se permettre quelques récréations et badineries. D’ailleurs, l’univers soumis n’offre plus de résistance à mon courage, et la parque Atropos m’a fait savoir que, ses ciseaux s’étant ébréchés à couper le fil des destinées que moissonnait ma flamberge, elle avait été obligée de les envoyer au rémouleur. Donc, Scapin, il me faut tenir à deux mains ma vaillance, faire trêve aux duels, guerres, massacres, dévastations, sacs de villes, luttes corps à corps avec les géants, tueries de monstres à l’instar de Thésée et d’Hercule à quoi j’occupe ordinairement les férocités de mon indomptable bravoure. Je me repose. »

 

(…)

 

La bête encapuchonnée, il s’élança sur elle, la saisit par le col sous la cape que les palpitations d’ailes du pauvre animal qui suffoquait eurent vitement fait envoler. Scapin, en cette pose, ressemblait à ce groupe antique tant admiré qu’on appelle l’Enfant à l’oie. Bientôt le jars étranglé cessa de se débattre. Sa tête retomba flasquement sur le poing crispé de Scapin. Ses ailes ne donnèrent plus de saccades. Ses pattes bottées de maroquin orange s’allongèrent avec une trépidation suprême. Il était mort. Les oies, ses veuves, redoutant un sort pareil, poussèrent en manière d’oraison funèbre un gloussement lamentable et rentrèrent dans le bois.

 

« Bravo, Scapin, voilà un tour bien joué, exclama le Tyran, et qui vaut tous ceux que tu pratiques au théâtre. Les oies sont plus difficiles à surprendre que les Gérontes et les Truffaldins, étant de leur nature fort vigilantes et sur leurs gardes, comme il appert de l’histoire où l’on voit que les oies du Capitole sentirent l’approche nocturne des Gaulois et par ainsi sauvèrent Rome. Ce maître oison nous sauve d’une autre manière, il est vrai, mais qui n’en est pas moins providentielle. »

 

 

De Gaulle : une présentation

Nicolas Bonnal

 

 

Pourquoi de Gaulle adorait la Russie

Suivi de

Chroniques anti-globales

 

Toute sa vie, on redécouvre de Gaulle. Je l’ai redécouvert à Jaén, dans le parador sublime où il écrivit quelques pages de ses prestigieuses mémoires. L’édifice en retentit encore, le personnel en parle. Je l’ai redécouvert par hasard sur le web, sur un des sites qui le citent encore. Je l’ai redécouvert un soir à Paris en croisant son fils avec mon propre père ; nous avons discuté quelques instants, et c’était céleste. Le coucher de soleil, le Ranelagh, les jardins, le fils qui se rappelait et qui comme son père habite dans une autre dimension. Je me sentais tout près de Jean Parvulesco qui a sublimement évoqué le Général et sa brigade qui n’est pas de ce monde.

Lorsqu’effaré par la tournure que prend notre hostilité commanditée envers la Russie, j’ai écrit pour Sputnik j’ai retrouvé, toujours par hasard, ses pages extatiques sur la Russie, celles de la Guerre et celle du discours de son voyage à Moscou. Elles étaient sublimes, et en quelques heures j’avais des dizaines de milliers de lecteurs ; car les Français attendent un réveil – au moins ceux qui veillent.

Puisse ce livre divisé en deux parties (et non deux partis…) y contribuer. La première évoque le général et ses formidables incartades contre le machin européen et la domination anglo-saxonne ; la deuxième reprend mes chroniques de Dedefensa.org et de reseautinternational.net, prises et reprises sur des dizaines d’autres sites de la résistance locale et globale…

Les gens dorment, et quand ils meurent, ils réveillent, aurait dit le prophète