Merde charabia techno : « Le RN arrive en tête, devant les listes LREM, EELV (12,5%) et LR (8,5%), selon Harris Interactive-Epoka pour RTL et TF1-LCI. Suivent le PS (6,5%) et LFI (6,5%). » Le résultat des électrons : le macron vainc somme toute et battra la marine française au second tour dans son sac. D’ici 2022 on vous conseille de lire autre chose que la presse…

https://francais.rt.com/france/62405-francais-appeles-urnes-pour-europeennes-en-continu

https://www.voltairenet.org/article206579.html

http://www.lefigaro.fr/elections/europeennes/europeennes-2019-les-resultats-detailles-par-parti-20190526

Publicités

La France est foutue, le monde aussi, notez. Votre démission, Nicolas, si vous l’acceptez enfin, consiste à arrêter de caqueter sur votre blog à part et à errer sept au Tibet, pardon, toupet.

Nous autres antisystèmes sommes soumis à un feu croisé d’affolements divers : troisième GM, pullulement de cons, manip’ des antisystèmes, fin de la religion, de la lucidité, disparition des libertés, de l’eau, du grand air, du reste… Un qui a bien parlé de cette conjonction du monde automatique et de la peur c’est Ernst Jünger, dans son Traité : « La peur est l’un des symptômes de notre temps. Elle nous désarme d’autant plus qu’elle succède à une époque de grande liberté individuelle, où la misère même, telle que la décrit Dickens, par exemple, était presque oubliée. » Jünger évoque le Titanic : « Comment ce passage s’est-il produit ? Si l’on voulait nommer l’instant fatal, aucun, sans doute, ne conviendrait mieux que celui où sombra le Titanic : l’hybris du progrès y rencontre la panique, le suprême confort se brise contre le néant, l’automatisme contre la catastrophe, qui prend l’aspect d’un accident de circulation. »

https://www.dedefensa.org/article/ernst-juenger-et-le-syndrome-du-titanic

Voter ? Chouette cocher ! Le Québec redemande du Trudeau, l’Espagne du Sanchez, l’Allemand du Merkel et le Français du Macron ! Vive notre bon vieux camp de dé concertation, euh, de déconcentration…

« Mon erreur fondamentale a été de croire qu’il existait encore une vieille France, un ensemble de braves gens, gentilshommes, bourgeois, petits propriétaires, fidèles aux traditions de leur race et qui, égarés, affolés, par les turlutaines qu’on leur débite depuis cent ans, reprendraient conscience d’eux-mêmes si on leur montrait la situation telle qu’elle est, se réuniraient pour sauver leur pays »

Trudeau en tête au Québec

par Rémi Tremblay  25 mai 2019  Politique

C’est tout simplement époustouflant ! Le Canada est à cinq mois des prochaines élections fédérales, mais, malgré son bilan catastrophique dans tous les domaines, particulièrement dans les domaines de l’économie et des affaires internationales, Justin Trudeau arriverait, selon le site d’analyse Qc125, habituellement fiable, premier dans les intentions de vote au Québec. Rassurons-nous, pour l’ensemble du Canada il arrive second, mais il est tout de même premier au Québec avec 34% des intentions de vote, loin devant les conservateurs qui stagnent à 22%, juste devant le Bloc québécois.

On peut certes expliquer le mauvais score des partis d’opposition par différents facteurs, par contre, le fait que Trudeau, qui nie au Québec le droit d’imposer sa volonté dans ses champs de compétence, soit premier, est plus difficile à comprendre. Le Québec a élu au palier provincial un gouvernement caquiste d’abord et avant tout pour sa volonté de réduire l’immigration de masse qui sévit au Québec, alors pourquoi accorderait-il sa confiance à un homme qui a prouvé qu’il était M. Grand Remplacement en personne, fixant des objectifs d’immigration inégalés et parlant du Canada comme le premier pays « post-national » ?

On peut attribuer d’emblée 20% des voix au Québec à Justin Trudeau. Ces 20%, ce sont les minorités anglophones et ethniques qui considèrent que toute ouverture aux aspirations québécoises les menace directement. Ils votent libéral au provincial et au fédéral, les rouges ayant appris à s’assurer le support des minorités ethniques par de nombreuses concessions, et ce en dépit du souhait de la majorité.

Mais, il reste que 18,5% des Québécois de souche appuieraient le Parti libéral selon les calculs de Qc125.

Il faut croire qu’ils aiment le détester et sont prêts à le ramener pour le simple plaisir de le dénoncer par la suite, à moins que ce ne soit une question d’ethnomasochisme. Après tout, le Québec a toujours su produire des traîtres de grande envergure, Trudeau père et Jean Chrétien étant deux exemples récents de ce phénomène. Jamais le Québec ne fut aussi mal servi que sous des premiers ministres canadiens nés au Québec. Les premiers ministres nés dans d’autres provinces furent toujours plus ouverts et plus compréhensifs que ceux nés dans la Belle Province, qui semblaient tous affectés par la haine de soi, la haine de leur peuple.

Jean Chrétien et les Trudeau, voulant faire des Québécois des Canadiens comme les autres, nièrent toute distinction et toute volonté nationale en combattant ardemment toute tentative de souveraineté ou d’obtention de réformes constitutionnelles favorables au Québec. Trudeau père a d’ailleurs imposé une Constitution qui fut ratifiée par toutes les provinces, sauf la sienne !

Bien que ce ne soit que symbolique, l’albertain Stephen Harper admit officiellement que le Québec était une « nation distincte », ce que nient justement les libéraux québécois pour qui les Québécois ne sont que des Canadiens qui par un accident de l’histoire s’expriment dans une langue différente de celle de la majorité.

A la manière du cher Jean Ferrat (merci à Bérangère) : « Pourtant, que la montagne est belle (bêle)/ … Comment peut-on s’imaginer/qu’il y ait autant de cons/sur nos belles cimes enneigées » ?

Humour amer Caïn : « L’Iran utilise son territoire pour harceler nos troupes déployées pacifiquement », a déclaré John Bolton, conseiller à la sécurité nationale des États-Unis. « Certaines frontières du pays s’approchent dangereusement de nos soldats – presque à portée de tir, l’Iran doit cesser cela tout de suite ! » Les États-Unis ont menacé de mobiliser leurs troupes. Bolton : « Nous sommes une nation pacifique, mais si l’Iran ose laisser ses frontières monter sur les pieds de nos soldats, cela signifiera inévitablement la guerre ! »