Un esclave blond (l’Amérique fut créée par l’esclavage des irlandais et des détenus – lisez White cargo) qui cite le ciel et la terre de William Blake. Un Roy du monde voyageur ! Mais c’est aussi (voyez le film de Scott Prométhée) un ange rebelle !

Tout Blade runner dans ce poème de William Blake :

 

The infinite abyss, fiery as the smoke of a burning city…

Its furnaces of affliction in which his Angels & Emanations

Labour with blackened visages among its stupendous ruins

Arches & pyramids & porches colonnades & domes…

 

Mariage of heaven and hell

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s