US go Rohm : le suprématisme américain contre le reste du monde

Du suprématisme US contre le reste du monde

 

Objet de haine des boutefeux et des néocons depuis toujours, Pat Buchanan rappelle les faits suivants à propos de Kim Jong Un :

« Une guerre préventive contre le Nord pourra déclencher une contre-attaque sur Séoul par une artillerie massive sur la DMZ, laissant des dizaines de milliers de Sud-Coréens morts, aux côtés des soldats américains et de leurs personnes à charge. »

 

Il rajoute, comme s’il croyait encore tempérer le Donald et le galonné local qui promet d’écrabouiller la Corée comme Macarthur :

« Nous pourrions être dans une guerre totale à l’arrivée avec le Nord, une guerre que les Américains ne veulent pas livrer. »

 

Buchanan sent aussi que la Chine exaspère :

« Samedi, le président Trump a exprimé sa frustration face à l’échec de la Chine à retirer nos châtaignes du feu: « Ils ne nous font rien avec la Corée du Nord, il suffit de parler. Nous ne laisserons plus cela continuer. La Chine pourrait facilement résoudre ce problème.  »

 

Il y a quatre mois j’ai parlé ici-même de Donald Trump et de la « quadruple » « troisième guerre mondiale ». Buchanan reprend le thème :

« La Corée du Nord n’est pas le seul adversaire potentiel avec qui nos relations se détériorent rapidement… Après que le Congrès a voté majoritairement pour de nouvelles sanctions contre la Russie, la Russie a abandonné ses espoirs d’un rapprochement avec Trump’s America. Dimanche, Poutine a ordonné au personnel de l’ambassade et du consulat américain de se réduire de 755 postes. »

Buchanan reconnait comme toujours la bonne foi des russes d’après le communisme :

« La Seconde Guerre froide, commencée lorsque nous avons déplacé l’OTAN aux frontières de la Russie et aidé à déménager sur un régime pro-russe à Kiev, devient plus froide. »

 

Troisième ennemi, l’Iran, le kaishakunin (assistant au harakiri)  de l’empire, selon notre optimiste ami du Saker :

« Le projet de loi de sanctions de la semaine dernière a également frappé l’Iran après avoir testé une fusée pour mettre un satellite en orbite, bien que l’accord nucléaire n’interdit que le test des missiles balistiques qui peuvent porter des ogives nucléaires. Les Iraniens disent que leurs tests de missiles se poursuivront. »

 

Le Deep State et le bouillant Donald (je maintiens ce que j’ai dit : avec la Clinton nous savions où nous allons, avec lui…) sont donc euphoriques :

« Tout en se méfiant d’une guerre avec la Corée du Nord, Washington semble saliver pour une guerre avec l’Iran. En effet, la menace de Trump de déclarer l’Iran en violation de l’accord sur les armes nucléaires suggère qu’une confrontation arrive ».

Après l’auteur pose la question naïve :

« … si le Congrès est enclin à affronter le mal qui est l’Iran, pourquoi ne pas annuler les achats et les options de l’Iran pour acheter les 140 avions que les mollahs ont commandés auprès de Boeing? Pourquoi vendons-nous des avions de ligne américains au «meilleur sponsor de terreur du monde»? Laissez Airbus prendre l’argent du sang. »

 

Buchanan ajoute que ce parti de la guerre multiplex est décidément insatiable. Il devient l’Hitler caricaturé par les dessins de Tex Avery :

« Apparemment, les guerres américaines en Afghanistan, en Syrie, en Irak, au Yémen et en Somalie sont insuffisantes pour rassasier notre Parti de la Guerre. Maintenant, il veut que nous dirigions les sunnites du Moyen-Orient en abattant les chiites, qui dominent en Iran, en Irak, en Syrie et au Sud Liban, et sont majoritaires à Bahreïn et dans les régions pétrolifères d’Arabie Saoudite ».

Buchanan rappelle que Trump déçoit donc :

« Parmi les raisons pour lesquelles Trump a renversé ses rivaux républicains en 2016, c’est qu’il semblait partager un désir américain de regarder à la maison. Pourtant, aujourd’hui, nos relations avec la Chine et la Russie sont aussi mauvaises qu’elles l’ont été depuis des décennies, alors que l’on parle ouvertement de guerre avec l’Iran et la Corée du Nord. »

 

Trump est le candidat du chaos, comme je l’avais rappelé dans mon livre. Démagogue intégral (relisez Aristote…), il a surfé sans y croire sur le mécontentement populaire et la haine des élites (dont il fait partie à sa manière pétulante et vulgaire) pour se faire élire. Son fric, son bagout et sa célébrité ont fait le reste. Même ses propositions protectionnistes sont désastreuses et belligènes. Il est lâche et recule devant le parti de la guerre pour mieux sauter à la gorge de ce qui reste du monde, Allemagne y compris (la France ira jusqu’au bout de sa trahison, n’en doutez pas une seconde), qui comprend que la folie US va coûter cher à ce qui reste la pauvre économie européenne. Vieux jouet US, l’Europe va crever dans la guerre contre la Russie. Colonie économique, culturelle et militaire des anglo-saxons, l’Europe n’a plus rien à faire sur cette terre.

Mais je maintiens au milieu des cendres que face à ce nazisme US il faudrait que le monde vote des sanctions… Au fait, le Pakistan et l’Inde font maintenant partie du pacte de Shanghai. La roue tourne et l’Europe à la remorque des Etats-Unis, va devenir ce qu’elle est : un petit cap à la pointe de l’Asie.

 

Nicolas Bonnal – Trump, candidat du chaos ; comment les Français sont morts (Amazon.fr)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s