Morceau choisi du soir : Villiers de l’Isle-Adam et l’inintelligence artificielle…

Villiers de l’Isle-Adam et la crétinisation technologique

 

Ce matin Yahoo News expose en manchette que la robe de Rihanna taille petit (vous savez qu’elle devait rencontrer machin…). Le reste n’existe plus.

L’autre jour à Madrid, par quarante degrés centigrades et sur la plaza del sol, « des milliers » de jeunes et étudiants se sont réunis en tongs, short et T-Shirt pour une réunion Pokémon qui promettait beaucoup. Ils se réunissaient donc pour chasser le Pokémon devant les médias émerveillés qui en rendaient compte, et qui affirmaient qu’enfin les jeux vidéo ne sédentarisent pas (pourquoi leur chercher des poux dans la tête, t’es facho ?), qu’enfin une action japonaise (Nintendo) montait autant qu’à Wall Street (où elles sont toutes achetées par les robots de la Fed), qu’enfin soixante-cinq millions de zombies qui, comme dans un roman de Phillip K. Dick, faisaient la même chose (la chasse à une électro-bestiole donc) au même moment, c’était, c’est fantastique. Quel signe de modernité, tralala.

Nous sommes tombés bien bas mais, comme dit un allègre ami franco-algérien prof d’informatique, nous creusons encore ! Car enfin, souvenez-vous que du temps de nos aïeux, pour paraphraser Corneille, nous ne valions guère mieux. Nous avions déjà une technologie de choix pour nous ahurir, enfants de ce règne de la quantité et de la révolte des masses…

C’est Villiers de l’Isle-Adam qui a le mieux perçu l’air du temps, qui est à la sottise entretenue, créée et chouchoutée par la benoite technologie. Le recueil des Contes cruels contient bien des perles qui calmeront les grincheux du web : nous étions alors crétinisés par l’avènement de la lumière et du reste. C’était pour reprendre le bon mot de Philippe Béchade l’inintelligence artificielle au berceau. Je ferai mon distinguo entre technique et technologie : la première sert et soutient le corps, la deuxième s’attaque à l’âme. La première vous transporte, la deuxième vous occupe. La première sert l’homme, la deuxième s’en sert. Fermez le ban et rentrez dans le rang !

La force de Villiers, qui intéressera PhG, est de relier le phénomène de la technologie à celui du chauvinisme qui nous enverra à Verdun et ailleurs. Voyez ces mots qui en annoncent d’autres (de maux) :

« Autour de lui, sous les puissantes vibrations tombées du beffroi, − dehors, là−bas, au−delà du mur de ses yeux −, des piétinements de cavalerie, et, par éclats, des sonneries aux champs, des acclamations mêlées aux salves des Invalides, aux cris fiers des commandements, des bruissements d’acier, des tonnerres de tambours scandant des défilés interminables d’infanterie, toute une rumeur de gloire lui arrivait ! »

Tout cela très lié donc au militaire festif et ludique, comme la guerre allemande du futur, qui enchante le Kaiser ou même le bien jeune Thomas Mann. Le mégaphone (revoyez le Dictateur de Chaplin pour comprendre) et la fée électricité annoncent les massacres qu’ils inspirent et encensent :

« Son ouïe suraiguë percevait jusqu’à des flottements d’étendards aux lourdes franges frôlant des cuirasses. Dans l’entendement du vieux captif de l’obscurité, mille éclairs de sensations, pressenties et indistinctes, s’évoquaient ! Une divination l’avertissait de ce qui enfiévrait les cœurs et les pensées dans la Ville. »

La guerre fraîche et joyeuse est d’abord une guerre électrique, une guerre de conditionnement donc. Macluhan a bien parlé de l’imprimerie pour la révolution puritaine en Angleterre (révolution si j’ose dire du peuple du Livre et de la livre…).

Après Villiers lance le grand débat auquel personne ne répond jamais : les membres du docte public moderne, les gens donc, sont-ils abrutis par la technologie ou sont-ils ahuris naturellement ?

Céline était clair : pour lui le populo n’est pas une innocente victime, il est clairement collabo, et il n’apprécie que le faux et le chiqué. On n’a pas créé l’homme des masses façon Le Bon ou Canetti. Il existait déjà (lisez Sénèque, bon Dieu !) :

« Que demande toute la foule moderne ? Elle demande à se mettre à genoux devant l’or et devant la merde !… Elle a le goût du faux, du bidon, de la farcie connerie, comme aucune foule n’eut jamais dans toutes les pires antiquités… Du coup, on la gave, elle en crève… Et plus nulle, plus insignifiante est l’idole choisie au départ, plus elle a de chances de triompher dans le cœur des foules… mieux la publicité s’accroche à sa nullité, pénètre, entraîne toute l’idolâtrie… »

Autrement dit la technologie révèle la bêtise humaine, elle ne la fabrique pas ; elle la répand, elle ne la provoque pas. Medium is not message. Quelques milliers de Happy Few chaque jour pour Dedefensa.org, un milliard pour Lady Gaga et son Twitter (sans oublier le million de commentaires par chanson, – voyez YouTube et vous saurez de combien de zombis vous êtes entourés), qui aplatit pape, Trump, Clinton, tout « le flot de purin mondiale » qu’a dénoncé notre bon Francis Ponge.

Moins agressif, mais aussi misanthrope que Céline ou Léautaud, Villiers ajoute :

« Car le public raffole, remarquez ceci, de l’Extraordinaire ! Mais, comme il ne sait pas très bien en quoi consiste, en littérature (passez−moi toujours le mot), ce même Extraordinaire dont il raffole, il s’ensuit, à mes yeux, que l’appréciation d’un portier doit sembler préférable, en bon journalisme, à celle du Dante. »

Villiers écrit que dans la société du spectacle il ne faut pas faire semblant d’être bête (c’est trop difficile) : il faut l’être.

« Mais le pire, c’est que vous laissez pressentir dans l’on ne sait quoi de votre phrase que vous cherchez à dissimuler votre intelligence pour ne pas effaroucher le lecteur ! Que diable, les gens n’aiment pas qu’on les humilie ! »

Et on a bien fait de détrôner ces rois qui avaient des goûts élitistes. Ils préféraient Phèdre et le roi Lear à American pie ou Taxi.

« Les rois, tout ennuyeux qu’ils soient, approuvent et honorent Shakespeare, Molière, Wagner, Hugo, etc. ; les républiques bannissent Eschyle, proscrivent le Dante, décapitent André Chénier. En république, voyez−vous, on a bien autre chose à faire que d’avoir du génie ! On a tant d’affaires sur les bras, vous comprenez. »

Certes on a notre classe moyenne relookée en bobo qui adore se presser aux expos. Mais comme elle ne fait pas la différence entre Turner et Rothko, entre Memling et Dubuffet, elle accomplit le mot de mon ami Paucard sur la crétinisation par la culture.

Puis notre voyant (il mourut de faim ou presque, ce descendant de croisé) énonce la loi d’airain du système ploutocratique, démocratique et technologique moderne (loi que dénonçaient aussi bien Poe ou Thoreau) : dépenser beaucoup et fabriquer beaucoup d’effets spéciaux pour vendre… rien du tout ou presque. La camelote…

« On voit d’ici ce mouvement, cette vie, cette animation extraordinaire que les intérêts financiers sont seuls capables de donner, aujourd’hui, à des villes sérieuses. Tout à coup, de puissants jets de magnésium ou de lumière électrique, grossis cent mille fois, partent du sommet de quelque colline fleurie, enchantement des jeunes ménages, − d’une colline analogue, par exemple, à notre cher Montmartre ; − ces jets lumineux, maintenus par d’immenses réflecteurs versicolores, envoient, brusquement, au fond du ciel, entre Sirius et Aldébaran, l’Œil du taureau, sinon même au milieu des Eyades, l’image gracieuse de ce jeune adolescent qui tient une écharpe sur laquelle nous lisons tous les jours, avec un nouveau plaisir, ces belles paroles : On restitue l’or de toute emplette qui a cessé de ravir ! »

Eh oui, il faut faire les courses et surtout se faire rembourser si on n’est pas content. Notez que Zola écrit la même chose ou presque dans son Bonheur des dames. Sauf qu’il adore lui le système. La femme va au bruit, dit-il…

« Il professait que la femme est sans force contre la réclame, qu’elle finit fatalement par aller au bruit. »

Enfin, bien avant le culte hollywoodien (peu avant en fait, car enfin il a écrit sur Edison), Villiers décrit une tordante machine à gloire – car on veut tous être célèbre comme Andy Warhol, Woody Allen ou les ayatollahs.

« Le rendement de sa machine, c’est la GLOIRE ! Elle produit de la gloire comme un rosier des roses ! L’appareil de l’éminent physicien fabrique la Gloire. Elle en fournit. Elle en fait naître, d’une façon organique et inévitable. Elle vous en couvre ! N’en voulût−on pas avoir : l’on veut s’enfuir, et cela vous poursuit. »

Et si un public par trop assoupi ne répond pas assez vite, qu’on lui botte le derrière, comme aux émissions dites de divertissement ! Il faut qu’il applaudisse le célèbre.

« Ici, la Machine se complique insensiblement, et la conception devient de plus en plus profonde ; les tuyaux de gaz à lumière sont alternés d’autres tuyaux, ceux des gaz hilarants et dacryphores. Les balcons sont machinés, à l’intérieur : ils renferment d’invisibles poings en métal − destinés à réveiller, au besoin, le Public− et nantis de bouquets et de couronnes. »

Tout cela pour dire que le Pokémon n’est pas si grave…

Nicolas Bonnal

 

Sources

 

Bonnal – Littérature et conspiration (Amazon.fr) ; le Livre noir de la décadence romaine

Villiers – Contes cruels (ebooksgratuits.com)

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s