Poème pour un lapin

Il avait joli corps et les belles oreilles,

O le mignon Pippo, le plus doux des latins,

La plus noble fourrure, et les yeux les plus vifs,

Un regard éperdu et tout empli d’amour,

Petite peau soyeuse décelant un grand cœur.

 

Il était plein de vie, un sage bondissant,

Une toison dansante, un cœur Arizona,

Tout un aventurier dans la contrée jardine,

Le lapin pétillant, la bulle de bonheur

Pour sa maîtresse Isa, et pour sa Jacqueline.

 

Un cœur c’était cet ange de lapin

Un cœur plein de foison et débordant d’amour,

De sa langue râpeuse il vous couvrait de bises

Et comme un petit chien qui lape sa boisson

Il vous couvrait frottant de câlins effrénés

 

Parfois comme il courait sa ronde étincelante,

Géométrie magique enterrant des trésors,

Les beaux enfants venaient s’attraper, les fillettes

Caressant ce filet, la tendresse du doux,

Cet aimant pur joyau attirant les amants

 

On vient on part on meurt on vit enfin

Souvent on ne sait pas (le lapin moins que moi)

Et pourtant lui surgit tel d’un champ la mémoire

Ce lapin prodigieux professeur des Alice

Qui fleurait bon le temps et les paradis purs

 

Petit Pippo oui mon lapin la vie soit avec toi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s