Éros et la guerre, syndrome Jeanne d’Arc. La belle va revêtir une armure et terrasser son monstre. Voyez GI Jane, Thelma et Louise. La femme armée en walkyrie. Extrait du Nicolas Bonnal :

On remarquera en outre à quel point le cinéma grand public, quelque mal que l’on pense de lui, est devenu féministe ces dernières années. Partout il n’est question que de recyclage de contes de fées, d’héroïnes inadaptées dans un monde bien hostile, de filles en amazones, d’arcs et de flèches, de sorts et de sorcières. Voyez les remakes de Blanche-Neige, ceux du chaperon rouge, et bien sûr les jeux de la faim ou bien le désormais classique Crépuscule. On est ici face à un phénomène amusant, qui a même gagné les gentils réacs républicains de Pixar, dans leur film sur l’inévitable princesse rebelle, celui du rétro-féminisme. La femme est à la mode, elle prend le pouvoir, elle est guerrière et tout, est rebelle à souhait, mais elle est quand même une princesse, une fée, une entité venue d’un autre temps. Le féminisme passera par la célébration de la reine ou de la déesse païenne plus que par celui de la jeune executive woman ou de la working girl américaine qui a fait son temps.

Jeanne d’Arc comme toujours.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s