La bourse s’effondre encore. Carcasse, tu trembles ? Tu tremblerais bien davantage si tu savais ou je te mène (maréchal de Turenne, cité par Nietzsche comme incipit du livre V du Gai savoir)…

https://www.businessbourse.com/

https://francearchives.fr/commemo/recueil-2011/39749

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s