Amusant : depuis mille ans, l’Angleterre et son sol appartiennent à quelques familles. Qui parle de progrès ?

La moitié de l’Angleterre appartient à moins de 1 % de la population

Les travaux d’un écrivain militant, relayé par le quotidien « The Guardian », montrent qu’une grande partie du territoire anglais appartient toujours à l’aristocratie, dont la famille royale. L’essentiel de la population anglaise ne possède en revanche que 5 % des terres.

0601105812521_web_tete.jpg
0601105812521_web_tete.jpg

Les organisations caritatives ne possèdent que 2 % des terres anglaises, comme ici la Burghley house, près de Stamford, dans l’est du pays.

Shutterstock

Par Sophie AmsiliPublié le 21/04 à 16h58

« A qui appartient l’Angleterre ? », se demande l’écrivain Guy Shrubsole en titre de son livre à paraître début mai. Sa conclusion, relayée en une du quotidien « The Guardian  » de ce jeudi, est sans appel : une grande partie du territoire appartient à une infime minorité de la population.

L’auteur, militant au sein de l’association « Les Amis de la Terre », a passé au crible des cartes et des données issues notamment de documents administratifs pour établir  une carte des propriétés en Angleterre . Premier constat : seuls 25.000 propriétaires, soit moins de 1 % de la population de l’Angleterre, possède la moitié du territoire.

Parmi ces grands propriétaires figurent le Duc de Buccleuch – président d’une holding qui revendique quelque 576 propriétés -, la famille royale qui possède à elle seule 1,4 % des terres anglaises, ou encore l’entrepreneur de 72 ans Sir James Dyson, inventeur  des aspirateurs du même nom , lancé depuis quelques années dans un projet de voiture électrique .

18 % des terres au secteur privé

Guy Shrubsole souligne ainsi le poids de l’aristocratie et la noblesse anglaise, qui possède, selon ses calculs, environ 30 % de l’Angleterre. Un chiffre, de plus, probablement sous-estimé car les 17 % de propriétaires inconnus sont probablement aussi des aristocrates qui n’ont jamais vendu leur propriété et donc n’apparaissent pas dans les registres, ajoute-t-il.

Le secteur privé posséderait pour sa part 18 % des terres anglaises, selon les calculs de Guy Shrubsole, et le secteur public – y compris les universités – 8 % d’entre elles.

Finalement, l’essentiel de la population anglaise ne possède que 5 % des terres, conclut l’écrivain. Et d’ajouter : si le territoire était distribué de manière égale à l’ensemble de la population, chacun posséderait près d’une acre de terre, soit un peu plus de 4.000 mètres carrés.

Sophie Amsili

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s