« Partout, les gens vivent dans une forme d’esclavage souriant et déguisé dont la prise de conscience est susceptible de conduire à une sorte de révolte… La nouvelle dystopie souriante sur fond d’écrans bleus et de shows transgenres sera plus impitoyable que l’inquisition de Torquemada (strategika) ».

On assiste au retour d’une nouvelle vague de coups et de renversements de régime basés exclusivement sur le rejet des conditions socio-économiques désastreuses régnant aux quatre coins du monde. Le nouveau modus operandi est quasiment imparable mais prévisible. Il reprend les principaux éléments de la protohistoire de l’ingénierie des révolutions et s’inscrit dans la tradition du travail de sape en mode souterrain.

On reviendra sur ce nouveau phénomène en développement. C’est la riposte de l’Etat profond aux avancées militaires de ses adversaires. Pour le moment on se contentera d’observer la nouvelle vague qui s’étend de La Paz à Beyrouth et de Baghdad à Hong Kong.

La plate-forme sur laquelle vous lisez ce contenu sera bientôt rattrapée par les soubresauts de la contre-offensive cybernétique universelle.

Partout, les gens vivent dans une forme d’esclavage souriant et déguisé dont la prise de conscience est susceptible de conduire à une sorte de révolte. Les promoteurs de la nouvelle vague ne disposent plus de la pleine puissance sur la manipulation des monnaies mais ont le contrôle des prix des produits alimentaires et des matières premières. Ils peuvent créer des pénuries ou des hausses de prix selon des mécanismes éprouvés et difficiles à parer. On est en pleine guerre mondiale. Une guerre totale où tous les coups bas sont en cours de déploiement. Le vol est devenu une des normes du Droit international après qu’il fut le monopole de l’Etat.

La nouvelle dystopie souriante sur fond d’écrans bleus et de shows transgenres sera plus impitoyable que l’inquisition de Torquemada.

Nous vivons la fin de la civilisation.


Léon Bloy : «Et ce cortège est contemplé par un peuple immense, mais si prodigieusement imbécile qu’on peut lui casser les dents à coups de maillet et l’émasculer avec des tenailles de forgeur de fer, avant qu’il s’aperçoive seulement qu’il a des maîtres, — les épouvantables maîtres qu’il tolère et qu’il s’est choisis. »

https://lesakerfrancophone.fr/ils-vivent-nous-dormons-attention-au-mal-qui-setend-parmi-nous

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s