Le rêve de Netanyahou est sur le point de se réaliser, à savoir le contrôle technologique et cybernétique du monde par Israël qui fait main basse sur les géants américains. Sur Unz.com un expert évoque le cas inquiétant (« orwellien ») du petit état du Rhode Island contrôlé et surveillé par des sociétés israéliennes. L’article sur le « camp de concentration électronique planétaire » établit des liens effrayants avec la banque HSBC, le clan Bronfman et Microsoft (gestion des épidémies et…des émeutes). Rappel : le déconfinement a été confiée en France par Castex à une entreprise israélo-américaine (idem pour le Maroc, lecteurs), le reconfinement suivra la même voie. Avec le reste, les tatouages digitaux et le parc à puces… Seul notre irréductible (Amnon Itshak) rabbin résiste, et en France notre Astérix aux dents courtes.

par Whitney Webb.
Un contractant du gouvernement israélien, fondé par un ancien espion israélien, s’est associé à un État américain et s’apprête à annoncer une série de nouveaux partenariats avec d’autres États et des prestataires de soins de santé américains pour surveiller la santé des civils et utiliser un système d’IA conçu par les Forces de Défense Israéliennes pour établir le profil des Américains susceptibles de contracter le coronavirus et pour déterminer la politique de confinement du gouvernement américain.
Une société liée à l’unité de renseignement militaire israélienne, l’Unité 8200, s’est récemment associée à l’État du Rhode Island pour utiliser un système basé sur l’intelligence artificielle développé en tandem avec les Forces de Défense Israéliennes (FDI) pour établir le profil des Américains potentiellement infectés et/ou « risquant » d’être infectés par le coronavirus, puis informer les autorités gouvernementales de leur « profil de risque ». Une fois le profil établi, les autorités sanitaires de l’État peuvent cibler ces personnes ainsi que leurs communautés pour les soumettre à des tests obligatoires, à un traitement et/ou à des mesures de confinement plus restrictives.
La société Diagnostic Robotics, basée en Israël, est sur le point d’annoncer une série de nouveaux partenariats de ce type avec plusieurs autres États américains ainsi qu’avec les principaux systèmes hospitaliers et prestataires de soins de santé américains dans les prochaines semaines, selon un porte-parole de la société. La première de ces annonces a été faite le 30 juin dernier concernant le nouveau partenariat de l’entreprise avec la Clinique Mayo, qui mettra bientôt en place la « plateforme d’intelligence artificielle de Diagnostic Robotics qui prédit le risque d’hospitalisation des patients ». Ils sont également en discussion avec le Vice-Président Mike Pence au sujet de la mise en œuvre de la plateforme à l’échelle nationale depuis le mois d’avril.
Leur expansion progressive dans le domaine de la lutte contre le coronavirus aux États-Unis et dans d’autres pays a été directement facilitée par l’organisation Start-Up Nation Central, financée par le gestionnaire de fonds spéculatifs controversé Paul Singer et directement associée à une initiative des renseignements soutenue par le gouvernement israélien visant à rendre les États-Unis dépendants de la technologie développée par l’armée ou les services de renseignement israéliens afin d’empêcher l’adoption de politiques qui soutiennent le mouvement non violent Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) au niveau des États et au niveau local. Cette initiative sert également le double objectif de garantir l’influence politique d’Israël et son positionnement en tant que « cyber-puissance » mondiale, un objectif politique souvent répété du Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu.
Depuis mars, le logiciel de « profilage des risques » de Diagnostic Robotics basé sur l’IA pour le coronavirus est utilisé par l’État israélien sous la forme du Système National Israélien de Surveillance du COVID-19, un élément clé de son système national de surveillance sanitaire orwellien. Ce système, qui s’est également associé au départ avec Clalit – le plus grand fournisseur de services de santé d’Israël, implique désormais « la surveillance quotidienne des symptômes liés aux coronavirus dans la population à l’échelle nationale ». Bien entendu, ces « symptômes liés au coronavirus » comprennent des symptômes courants tels que les maux de tête, la toux, les douleurs abdominales et la confusion, qui peuvent indiquer un certain nombre de maladies mineures, de réactions allergiques ou d’autres affections sans aucun rapport avec le coronavirus

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2020/07/09/covid-le-parti-de-la-terreur-a-la-manoeuvre/

https://www.unz.com/wwebb/meet-the-israeli-intelligence-linked-firm-using-ai-to-profile-americans-and-guide-us-lockdown-policy/

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-deconfinement-des-Francais-est-gere-par-l-americain-Bain-annexe-bien-connue-du-Mossad-59358.html

https://reseauinternational.net/decouvrez-la-societe-liee-aux-services-de-renseignements-israeliens-qui-utilise-lia-pour-etablir-le-profil-des-americains-et-orienter-la-politique-de-confinement-des-etats-unis/#comment-742263

(…)

Radinsky a été rapidement recruté par Microsoft à son départ des Unités 8200 et 81 pour « diriger des projets stratégiques d’incubation de Microsoft », notamment des algorithmes permettant de prédire les épidémies ainsi que les troubles civils et les émeutes. Elle a ensuite créé sa propre société, SalesPredict, qui a été gérée par d’autres anciens de l’Unité 8200 et rachetée plus tard par eBay, propriété du milliardaire controversé Pierre Omidyar. Radinsky est ensuite devenue Directrice des Sciences des Données d’eBay et Scientifique en Chef de sa branche en Israël.

Un mois après avoir obtenu ce poste lucratif chez eBay, Radinsky est devenue membre du conseil consultatif de la banque HSBC, l’une des banques les plus connues au monde pour le blanchiment d’argent, qui entretient des liens étroits avec les cartels de la drogue, notamment au Mexique et en Colombie. Moins d’un an après avoir rejoint HSBC, Radinsky est devenue membre du conseil d’administration de l’Autorité israélienne des Valeurs Mobilières, qui travaille en étroite collaboration avec le Ministère des Finances du pays et la Knesset. Il a été critiqué ces dernières années pour avoir « tacitement consenti » à des escroqueries généralisées sur les devises et les options binaires dans le secteur financier israélien. Après être devenue la Directrice de la Technologie de Diagnostic Robotics, elle a quitté l’Autorité israélienne des Valeurs Mobilières mais continue de maintenir sa position au sein du conseil consultatif de HSBC.

Les liens étroits de Radinsky avec le monde de la finance israélienne et mondiale ont probablement contribué à la capacité de Diagnostic Robotics à obtenir un financement de 24 millions de dollars en novembre dernier, le même mois où le gouvernement américain a averti Israël de l’imminence d’une pandémie mondiale causée par le coronavirus. Depuis lors, les principaux investisseurs de la société ont été Accelmed Growth Partners et Mivtach Shamir Holdings.

Accelmed Growth Partners est une société de capital-risque fondée et dirigée par le Dr Uri Geiger, un ancien officier de l’Armée de l’Air Israélienne dont la carrière dans le secteur privé a débuté au sein du célèbre cabinet d’avocats Sullivan and Cromwell, plus connu sous le nom de l’ancien cabinet du premier Directeur de la CIA, Allen Dulles, qui a des liens de longue date avec l’agence de renseignement.

Mivtach Shamir Holdings est une société de capital-risque dont le PDG et principal actionnaire est Meir Shamir, Président de longue date de Birthright Israel. Birthright Israel est l’une des entreprises « ethno-philanthropiques » les plus remarquables de Mega Group, l’organisation liée au crime organisé co-fondée par Leslie Wexner et Charles Bronfman en 1991, qui a des liens étroits avec le scandale Jeffrey Epstein et les scandales d’espionnage israélien en général. Birthright a été créée par Charles Bronfman et Michael Steinhardt, membres de Mega Group, trois ans après la fondation du groupe. Ses principaux donateurs sont les Bronfman, Steinhardt, le gouvernement israélien et Sheldon Adelson.

(…)

Relire aussi :

https://nicolasbonnal.wordpress.com/2019/05/23/de-la-terre-muee-en-camp-de-concentration-electronique/

Une réflexion sur « Le rêve de Netanyahou est sur le point de se réaliser, à savoir le contrôle technologique et cybernétique du monde par Israël qui fait main basse sur les géants américains. Sur Unz.com un expert évoque le cas inquiétant (« orwellien ») du petit état du Rhode Island contrôlé et surveillé par des sociétés israéliennes. L’article sur le « camp de concentration électronique planétaire » établit des liens effrayants avec la banque HSBC, le clan Bronfman et Microsoft (gestion des épidémies et…des émeutes). Rappel : le déconfinement a été confiée en France par Castex à une entreprise israélo-américaine (idem pour le Maroc, lecteurs), le reconfinement suivra la même voie. Avec le reste, les tatouages digitaux et le parc à puces… Seul notre irréductible (Amnon Itshak) rabbin résiste, et en France notre Astérix aux dents courtes. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s