Possession assistée par ordinateur (PAO), masque jeté comme filet pour attraper le visage… Sylvain fait un lien corona/internet qui nous rappelle que nous vivons dans le filet (net), dans le réseau (le filet en latin) – alias aussi la toile d’araignée. Car ce WWW est le 666 apocalyptique (le six est le nombre de la lettre hébraïque Vav). Rappel alors de notre livre et de ce texte sur le camp de concentration électronique : « On est tous contents de perdre notre temps sur le réseau (filet, en latin), de pêcher ici ou là des poissons d’or et des informations, de perdre notre temps qui aurait pu être consacré à cultiver notre vrai jardin. Mais comme dans le parc d’attractions de Pinocchio il y a un prix à payer. Car on vit dans la toile d’araignée. »

De la terre comme camp de concentration électronique

On est tous contents de perdre notre temps sur le réseau (filet, en latin), de pêcher ici ou là des poissons d’or et des informations, de perdre notre temps qui aurait pu être consacré à cultiver notre vrai jardin. Mais comme dans le parc d’attractions de Pinocchio il y a un prix à payer. Car on vit dans la toile d’araignée.

Je cite dans mon livre sur le web les psaumes et puis Job :

« Alors Job dénonce la toile d’araignée mondiale … : « … ainsi périt l’espoir de l’impie. Sa confiance n’est que filandre, sa sécurité, une maison d’araignée. » (8, 15) « L’impie s’est bâti une maison d’araignée. » (27, 18)

Job pourfend le World Wide Web du Malin. Ce dernier tisse pour le piéger dans ses mondes virtuels, mais ses pièges ne tiennent pas. En effet, l’impie lance les jeunes pousses, ou start-up de l’Internet : « Au-dessus du jardin il lançait ses jeunes pousses … » (8, 1 7) Le symbolisme du réseau est omniprésent. Le réseau a constitué le corps : « Ne m’as-tu pas vêtu de peau et chair, Tissé en os et en nerfs ? » (1 0, 11) Mais la peur du filet est omniprésente : « … sachez que Dieu lui-même m’a fait du tort Et enveloppé de son filet. » (19, 6) « Ses pieds le jettent dans un filet Et il avance parmi les rets. » (18, 8) Job combat les fils ténus qui l’enserrent : « Un lacet le saisit au talon et le piège se referme sur lui. Le nœud pour le prendre est caché en terre, une trappe l’attend sur le sentier. » (18, 9-10) »

Je cite aussi les psaumes :

« Le psaume X dénonce « les païens (qui) ont croulé dans la fosse qu’ils ont faite, (et dont) le pied s’est pris au filet qu’ils ont tendu … YHVH a lié l’impie à son propre piège». Le chant 31 est plus sombre; cette fois l’imprécateur s’adresse à Dieu en ces termes:« Tire-moi du filet qu’on m’a tendu, car c’est toi ma force. » Plus loin, le psalmiste espère que le piège se retournera contre son ennemi : « Sans raison ils m’ont tendu leur filet … le filet qu’ils ont tendu les prendra » (35). »

On suit ici (2300 mots !) :

https://nicolasbonnal.wordpress.com/2019/05/23/de-la-terre-muee-en-camp-de-concentration-electronique/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s