La lettre des militaires truffée de références maçonniques (Eric Verhaeghe). Tout cela sent une bonne opération télécommandée. Emanation de la G.L.N.F., grande loge nationale de France, de droite libérale comme on dit. C’est la guéguerre éternelle de cette loge contre le Grand Orient et nos éternels socialos au pouvoir (Mitterrand grand initié…). Cela promet tout au plus un minuscule feu d’artifice à court terme. Rappel : Bourgine, créateur de Valeurs actuelles, était un très grand maître de la G.L.N.F (un trente-troisième ?)… Rappelons aussi le « virage à droite » de Canal+, vieille émanation des réseaux mitterrandiens et le mécontentement d’Attali.

La tribune des militaires fait couler beaucoup d’encre. Assez curieusement, peu de lecteurs ou de commentateurs ont relevé une dimension un peu inattendue de ce texte rédigé par des militaires d’active : ses références maçonniques. Discrètes, mais bien présentes, elles signalent que la fronde ne vient pas forcément des officiers les plus conservateurs, mais qu’elle procède visiblement, pour une part substantielle en tout cas, de cadres ayant d’autres références philosophiques que l’extrême-droite traditionnelle. Ce qui n’est pas forcément une très bonne nouvelle pour le gouvernement, car l’assise de la contestation est probablement plus large que le pouvoir exécutif ne veut bien le dire.

Initiation

La tribune des militaires (la deuxième, que nous avons republiée ce matin) enfonce un clou déjà bien planté la semaine précédente. Selon les informations mises en avant par Valeurs Actuelles, elle a reçu un million de visites sur le site du magazine en moins de 12 heures, ce qui est colossal et devrait alerter singulièrement le pouvoir sur le rejet viscéral dont l’affirmation musulmane dans les banlieues fait l’objet en France.

Pour l’instant, les sbires du pouvoir exécutif dénonce un texte « d’extrême droite » avec la facilité déconcertante de ceux qui gèrent toute divergence d’opinion par le bannissement. Mais cette accusation est-elle vraiment fondée ? Quelques indices troublants sur ce texte soulèvent de sérieuses questions sur la « limitation » de son origine à la seule extrême droite.

Les références maçonniques de la tribune des militaires

Les observateurs auront tous remarqué cette ouverture étrange du texte publié hier, qui s’adresse aux élus « en leurs grades et qualités ». La formule n’est pas neutre. Elle est celle employée dans les loges maçonniques aux débuts des travaux collectifs.

Cette circonstance, cette griffe, cette particularité, est forcément interprétée par tous les initiés comme un signal « symbolique » envoyé quant à l’origine même du texte. Cette tentation de l’interprétation symbolique est renforcée par l’allusion immédiate au 7ème couplet de la Marseillaise comme argument principal du texte.

Doit-on rappeler ici le caractère infiniment maçonnique de notre hymne national, et la proximité de son compositeur avec les loges militaires ? On l’a oublié aujourd’hui, mais l’armée révolutionnaire, puis impériale, fut une pépinière maçonnique, et Rouget de l’Isle lui-même était un initié. Les adeptes de la maçonnerie savent que le chiffre 7 revêt un caractère symbolique spécial (celui de la lumière et de la justice), qui donne le sentiment que cette fameuse tribune est aussi un texte à clé qui envoie un message aux initiés.

Une mauvaise affaire pour le gouvernement

Si l’on admet l’hypothèse que la porosité entre la maçonnerie et les milieux catholiques traditionnels est faible, alors on en déduira assez naturellement que ce texte ne doit pas émaner (en tout cas pas uniquement) de « l’extrême droite », comme le disent un certain nombre de proches du gouvernement. Il contient en tout cas des indices de son assise plus large.

Dans la pratique, ce texte exprime plutôt, dans ses racines profondes, la vision historique du creuset français qui procède par assimilation culturelle, telle que l’armée a pu l’incarner et la mettre en pratique. Nous comprenons tous aujourd’hui que, pour ce noyau militaire attaché à une vision laïque de la France telle qu’elle existait déjà dans la Grande Armée de Bonaparte, une ligne rouge est atteinte. Celle d’un renoncement à l’affirmation française par les élites (convaincues que l’État nation est obsolète et que l’avenir est à une dilution de la France dans un grand tout européen).

Mauvaise nouvelle pour le gouvernement donc : la contestation de l’armée ne vient pas d’une frange extrémiste. Elle est en réalité plus profonde, plus fédératrice, et probablement majoritaire dans la troupe, quoiqu’en disent les chiens de garde soudoyés pour réduire le phénomène à une manifestation de l’extrême-droite proche de Marine Le Pen.

L’erreur d’un bannissement compulsif

Pour l’instant, le gouvernement s’est contenté de stigmatiser le texte, avec ce réflexe propre à la caste de gérer toute critique ou toute divergence d’opinion par le bannissement. Ceux qui nous critiquent sont forcément des populistes complotistes d’extrême droite. Les esprits bornés qui tombent dans ce panneau n’ont pas mesuré que, ce faisant, ils contribuaient à cimenter une opposition grandissante à leur règne, et ils sciaient progressivement la branche sur laquelle ils sont assis.

Mais c’est tant mieux. Ce que nous ne supportons plus, c’est cette façon de mettre en quarantaine tous ceux qui contestent les délires de la caste.

source : https://lecourrierdesstrateges.fr

https://leblogalupus.com/2021/05/10/le-billet-du-lupus-ici-lombre-france-des-lumieres-sors-de-ce-corps-darmee-que-je-ne-saurais-plus-voir/

4 réflexions sur « La lettre des militaires truffée de références maçonniques (Eric Verhaeghe). Tout cela sent une bonne opération télécommandée. Emanation de la G.L.N.F., grande loge nationale de France, de droite libérale comme on dit. C’est la guéguerre éternelle de cette loge contre le Grand Orient et nos éternels socialos au pouvoir (Mitterrand grand initié…). Cela promet tout au plus un minuscule feu d’artifice à court terme. Rappel : Bourgine, créateur de Valeurs actuelles, était un très grand maître de la G.L.N.F (un trente-troisième ?)… Rappelons aussi le « virage à droite » de Canal+, vieille émanation des réseaux mitterrandiens et le mécontentement d’Attali. »

  1. je serai un peu moins optimiste que vous . Le type au pouvoir qui a pris ses fonctions de nuit sous une pyramide et un œil ne peut pas ne pas avoir décrypté le message. Les accusations de préparation de putsch ne sont là que pour amuser la galerie car l’armée est bien tenue en main par des généraux qui sont tous maçons sauf peut-être quelques techniciens qui n’ont pas accès au pouvoir réel.
    Avant de vous avoir lu je regardais cela d’un œil curieux , maintenant c’est avec la conviction que pour éteindre un feu qui menace de se propager , il n’y a rien de mieux que d’allumer soi-même un contrefeu contrôlé .
    Ça me conforte dans l’idée qu’il n’y a rien à attendre de ce côté là et que ce qui en sortira sera sans doute une purge de quelques innocents téméraires.

    J'aime

  2. Bonjour,

    « Doit-on rappeler ici le caractère infiniment maçonnique de notre hymne national ».
    Et de tout le reste, de tout ce que revendiquent fièrement nos contestataires officiels, qui défilent drapeau bleu blanc rouge en tête, demandent un retour à la « vraie démocratie » et menacent de faire la Révolution ! « Ah les imbéciles ! » aurait dit Bernanos.
    Tous les mots signifiants forts ont subi un renversement sémantique complet, à 180°. Ainsi du terme « Révolution », qui signifie d’une manière générale retour au point de départ après avoir accompli un certain périple, e. g. révolution de la terre autour du soleil. Dans le monde initiatique de la Gnose, pour qui l’histoire est cyclique, il s’agit de retourner à « l’Âge d’or » en détruisant le plus vite possible et le mieux possible le monde actuel par la violence, i. e. accomplir « la Révolution ». Mais en 1789 (et plus tard et partout), les initiés ont créé la légende, ensuite inculquée par l’école et la « culture », que c’était le peuple, autrement-dit les victimes -, qui s’était spontanément révolté contre le Trône et l’Autel, désignés comme responsables et coupables de ses malheurs. Révolte téléguidée (lire Léon Daudet, Augustin Cochin, etc.) qui fut qualifiée de « Révolution ». Ainsi, de manigance criminelle subversive sous fausse bannière, le terme a été repeint en juste rébellion contre une oppression.
    Il n’est donc pas étonnant que l’on lise ici ou là dans presse « alternative » à propos des événements actuels, qui objectivement et de fait SONT la Révolution continuée, que pour que ça arrête, « il va falloir faire la révolution. » Le diable en rit encore !
    L. M.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s