Ne vous y trompez pas (nolite errare, Galates, 6, 7) : comme Eric Clapton, les vaccinés savent bien qu’ils se font avoir ; mais ils y vont quand même. C’est ce que j’appelle le syndrome de Ran-Tan-Plan : il « sent confusément quelque chose », mais il y va quand même. Et Jolly Jumper (la kabbale qui cavale) de se moquer du béotien canin. Le vacciné sait qu’il n’échappera pas au virus, aux venins, au code QR, au fascisme, au contrôle, au transhumanisme ; mais il y va quand même. Et il vous en voudra de n’y pas aller avec lui : « les ratés ne vous rateront pas » (Bernanos). En hommage à notre génial Goscinny, Stephan Zweig et nos rabbins rebelles. « Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu ; car ce qu’un homme sème, cela aussi il le moissonnera (Galates 6. 7). »

http://biblefr.chez.com/vulgate/57galat.html

✅INGREDIENTS VACCINS – On ne peut pas prendre une décision éclairée sans être éduqué.
Voici juste QUELQUES ingrédients de vaccins.
Ils sont injectés à vos enfants ;
◾Formaldehyde/Formalin – Poison systématique hautement toxique et cancérigène.
◾Betapropiolactone – Produit chimique toxique et cancérigène. Peut causer la mort ou des blessures permanentes après une très courte exposition à de petites quantités. Produit chimique corrosif.
◾Hexadecyltrimethylammonium bromure – Peut causer des dommages au foie, au système cardiovasculaire et au système nerveux central. Peut causer des effets sur la reproduction et des malformations congénitales.
◾Aluminum hydroxyde, phosphate d’aluminium et sels d’aluminium – Neurotoxine. Risque d’inflammation/gonflement du cerveau à long terme, de troubles neurologiques, de maladies auto-immunes, d’Alzheimer, de démence et d’autisme. Elle pénètre dans le cerveau où elle persiste indéfiniment.
◾Thimerosal (mercure) – Neurotoxine. Induit des dommages cellulaires, réduit l’activité d’oxydo-réduction, la dégénérescence cellulaire et la mort cellulaire. Lié aux troubles neurologiques, à la maladie d’Alzheimer, à la démence et à l’autisme.
◾Polysorbate 80 & 20 – Elle franchit la barrière hémato-encéphalique et transporte avec elle l’aluminium, le thimérosal et les virus, ce qui lui permet de pénétrer dans le cerveau.
◾Glutaraldehyde – Produit chimique toxique utilisé comme désinfectant pour les équipements médicaux sensibles à la chaleur.
◾Fetal Sérum bovin – Récolté sur des fœtus de bovins (vaches) prélevés sur des vaches enceintes avant l’abattage.
◾Human Fibroblastes diploïdes – Cellules fœtales avortées. L’ADN étranger a la capacité d’interagir avec le nôtre.
◾African Green Monkey Kidney Cells – Peut être porteur du virus SV-40 cancérigène qui a déjà contaminé environ 30 millions d’Américains.
◾Acetone – Peuvent causer des dommages aux reins, au foie et aux nerfs.
◾E.Coli – Oui, vous avez bien lu.
◾DNA du Circovirus porcin (porc) de type 1
◾Human cultures de cellules pulmonaires embryonnaires (provenant de fœtus avortés)
Et comme, je suis, bien évidemment, une  » complotiste », je vous suggère de le faire VOUS-MÊMES !!
Et vous saurez que ‘il est INTERDIT de dire la composition des vaccins sur Facebook…encore censurée

Source : NS2017

https://www.bfmtv.com/sante/hausse-de-40-des-prises-de-rendez-vous-pour-des-primo-vaccinations_AD-202107060317.html

2 réflexions sur « Ne vous y trompez pas (nolite errare, Galates, 6, 7) : comme Eric Clapton, les vaccinés savent bien qu’ils se font avoir ; mais ils y vont quand même. C’est ce que j’appelle le syndrome de Ran-Tan-Plan : il « sent confusément quelque chose », mais il y va quand même. Et Jolly Jumper (la kabbale qui cavale) de se moquer du béotien canin. Le vacciné sait qu’il n’échappera pas au virus, aux venins, au code QR, au fascisme, au contrôle, au transhumanisme ; mais il y va quand même. Et il vous en voudra de n’y pas aller avec lui : « les ratés ne vous rateront pas » (Bernanos). En hommage à notre génial Goscinny, Stephan Zweig et nos rabbins rebelles. « Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu ; car ce qu’un homme sème, cela aussi il le moissonnera (Galates 6. 7). » »

  1. Bonjour,
    « les vaccinés savent bien qu’ils se font avoir ; mais ils y vont quand même ».
    Tout-à fait d’accord. C’est effectivement le cas de tous ceux que je connais.
    Mais il y a « se faire avoir » et « se faire avoir ». Ils se doutent bien qu’ils prennent des risques, mais des risques relativement superficiels dans la majorité des cas. Autrement-dit, ils se trompent radicalement sur les enjeux, persuadés que l’État veut leur bien, même si, à la marge, il reconnaissent qu’il y a des bavures, des « dérives » (mot menteur s’il en est).
    La question à se poser est alors : pourquoi la quasi-totalité des gens sont-ils sur cette position ?
    La réponse est très simple : depuis au moins les années soixante (Vatican II), en fait largement avant, ils n’ont strictement plus aucune connaissance, ni philosophique authentique (Aristote et saint Thomas d’Aquin), ni religieuse. La vraie philosophie (*) ayant été remplacée par le subjectivisme kantien (en fait cartésien) et la vraie religion par l’une des nombreuses gnoses (*), dont le matérialisme athée n’est pas la moindre. Il n’ont aucune idée de l’histoire du monde, du combat entre les forces du bien et du mal, du péché originel et bien-sûr du péché tout court.
    Il ne nous revient pas de « juger les reins et les cœurs », et nous ne pouvons affirmer qu’ils sont coupables. Cependant, il me semble que l’on peut au moins parler à leur égard d’ignorance volontaire, car, même aujourd’hui, il reste possible, de connaître, certes partiellement et imparfaitement, la vérité philosophique et religieuse. Le plus grand obstacle à cette étude salutaire est, à n’en pas douter, la répugnance à être ostracisé par le monde.

    (*) « L’étude de la philosophie consiste à savoir non ce que les hommes ont pensé, mais ce qui est réellement. » S. Thomas d’Aquin, Commentaire sur le traité du Ciel et du Monde (Aristote), livre I, leçon 22, n° 8.
    (**) L’homme ayant un besoin inné d’adoration, ceux qui rejettent le vrai Dieu, auquel ils ne veulent pas se soumettre, vont se précipiter vers ses multiples substituts (les idoles de l’Antiquité) qui lui permettront se satisfaire ce besoin, sans rien exiger de contraignant de leur part. C’est le caractère de tous les faux dieu, c’est-à-dire des démons (« Omnes dii gentium daemonia » Ps XCV, 5.).

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s