Fascisme, inflation et vaccination ; sans oublier la pénurie et le contrôle hypnotique sur écran. Et si nous avions eu raison avec notre livre rouge ? Prix alimentaires en hausse de 32% en un an (données FAO) : alimentaire, mon cher Watson. Le pouvoir en rit, qui va vacciner les femmes enceintes (pour les stériliser, Orlov l’a compris) et les enfants d’abord. La stratégie d’extermination est open, vu la quantité et la qualité des réactions populaires (« Démission ! Démission ! »)…On va tuer nos corps, mais comme ils ont déjà tué les âmes avec les claviers et le lexique démocratique… Omar Khayyam : “Pour parler clairement et sans paraboles, Nous sommes les pièces du jeu que joue le Ciel; On s’amuse avec nous sur l’échiquier de l’être, Et puis nous retournons, un par un, dans la boîte du Néant.” En voilà un œil persan !

« L’indice FAO des prix alimentaires a augmenté de 3,1 % par rapport à juillet, à 127,4 points et de 32,9 % sur un an. L’indicateur, qui mesure la variation mensuelle des cours internationaux d’un panier de produits alimentaires de base, se rapproche à nouveau de son niveau record (137,6 points), enregistré en février 2011. Le prix du sucre a bondi de 9,6 % sur un mois «en raison de craintes sur les dégâts occasionnés par le gel sur les cultures au Brésil», premier exportateur mondial de ce produit, explique la FAO dans un communiqué. Cette hausse a été atténuée par «de bonnes perspectives de production en Inde et dans l’Union européenne» notamment.

Huiles, céréales, viandes
Le prix des huiles végétales a augmenté de 6,7 % en août sur un mois. Les cours de l’huile de palme ont ainsi « retrouvé leurs plus hauts niveaux historiques sous l’effet de craintes persistantes sur une production en deçà de son potentiel et des prélèvements sur les stocks qui découlent de cette situation en Malaisie », explique la FAO. Les cours de l’huile de colza et de l’huile de tournesol ont eux aussi monté.

Le prix des céréales a globalement progressé de 3,4 % sur un mois. Les cours mondiaux du blé ont notamment bondi de 8,8 %, en raison de la baisse des perspectives de récolte dans plusieurs des principaux pays exportateurs. En revanche, les prix du maïs ont baissé de 0,9 %, l’amélioration des perspectives de production en Argentine, dans l’Union européenne et en Ukraine ayant tempéré la révision à la baisse des prévisions de production au Brésil et aux États-Unis.

Globalement, l’indice des prix de la viande a légèrement augmenté en août. Les prix de la viande d’ovins et de bovins ont été soutenus par d’importants achats chinois. Ceux de la volaille l’ont été par une hausse de la demande d’importations de la part de l’Asie de l’Est et du Moyen-Orient. En revanche, ceux de la viande porcine ont diminué, avec la poursuite de la baisse des achats chinois et une demande peu dynamique en Europe ».

Ces presque 33 % de hausse sur les prix alimentaires vont se répercuter sur les produits finis.

Nous rentrons dans une ère de pénuries structurelles. Ce sera fortement et durablement inflationniste pour l’économie mondiale.

https://lesakerfrancophone.fr/la-deroute-de-lafghanistan-et-la-glasnost-americaine

ORLOV : Par exemple, un oligarque véreux peut promouvoir un certain vaccin comme étant efficace contre un certain virus alors que son intention réelle est d’arrêter la croissance démographique en rendant les femmes stériles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s