Nous sommes dans la gueule de la Bête de l’Apocalypse : merci Occident, toi qui regardes vers la Mort (Guénon) ! Dernier recueil paru. Bonne fête aux Nicolas. N’oubliez pas nos livres de prières. Pour cette fin d’année voyez notre catalogue (certains livres sont reliés maintenant). Préface en 476 mots (an de la prise de Rome, car tous nos textes sont écrits « avec poids, nombre et mesure » -Sagesse, 11, 21). Prions sinon : « Que Dieu se lève et que ses ennemis soient dissipés, et que ceux qui le haïssent fuient de devant sa face. Comme la fumée disparaît, qu’ils disparaissent de même ; et comme la cire fond au feu, que les démons périssent aussi devant la face de ceux qui aiment Dieu et qui se prémunissent par le signe de la croix. »

Préface du dernier livre :

Nous sommes dans la gueule de la bête de l’Apocalypse. Celle-ci trône fièrement à New York maintenant face à une population hébétée depuis un certain 11 septembre. C’est le moment de rappeler aux moins aveugles ce qui se passe, même si leur nombre semble réduit.
Résumons-nous. Nous assistons à l’imposition d’un ordre nouveau globalisé bâti sur la tyrannie étatique, informatique (quelques boîtes sorties du pentagone et du Deep State US, et devenues énormes) et médiatique. Cet ordre nous prive de libertés, de soins, de médicaments, de maisons, de voitures et même de courant. Il a un culte-prétexte (la terre, le climat), un clergé (les milliardaires, les journalistes, les experts), des bourreaux volontaires (la police et les fonctionnaires de chaque pays, pas encore bien réveillés) et des boucs émissaires et parias ; n’oublions pas non plus le troupeau tranquille de moutons dénoncé par tant d’écrivains (Debord, Bernanos, Tocqueville, Nietzsche). Il est sans pitié et se sert de l’abrutissement généralisé et généré par les médias et les styles de vie matérialistes occidentaux pour s’imposer partout avec l’appui inconditionné (désolé de le dire) des gauchistes et de la social-démocratie. De ce point de vue il couvre l’étendard de l’extraordinaire capacité hallucinatoire des occidentaux, dont nous avons parlé maintes fois en citant et reprenant René Guénon.
En tant que projet apocalyptique, le nouvel ordre mondial est vieux comme le monde moderne, matérialiste, marchand et unificateur. Ce qui le rend possible aujourd’hui c’est la mondialisation terminale justement, les réseaux technognostiques (déjà soulignés au dix-neuvième siècle par Nerval, Gougenot des Mousseaux ou Monseigneur Gaume), le catéchisme humanitaire et écologique et la fabrication de ce virus médical-médiatique, héritier de dix vaines tentatives, et qui a balayé et arraché toutes les résistances. Ce qui n’a pu se faire à telle époque à cause des pays communistes va pouvoir se faire enfin, à la lumière des nations dites unies et d’une classe dirigiste américano-mondialiste, héritière de la société des nations et devenue toute-puissante à l’issue de la deuxième guerre mondiale et de la chute de l’empire soviétique. Elites nocives unifiées par un seul cerveau.
L’épouvante qui se profile avec l’esclavage numérique, le sacrifice de la santé, la réduction obligatoire de la consommation et le dépeuplement revendiqué par nos gentils milliardaires humanitaires (1) n’interpelle qu’une minorité éclairée qui pour l’instant n’offre rien de plus que sa perception malheureuse des bouleversements. Car les populations concernées ne sont pas seulement martyres, elles sont des moutons engagés et même parfois enragés (« tu n’es pas vacciné ? Tu es complotiste ? ») : on se retrouve coincé entre les moutons de Panurge qui n’ont rien retenu du web et de ses enseignements, et les bourreaux volontaires qui comme à d’autres époques sombres de notre histoire vont se porter volontaires pour participer au grand effacement de cette population jugée trop coûteuse.
Mais qui ne tente rien n’a rien.

Que Dieu se lève et que ses ennemis soient dissipés, et que ceux qui le haïssent fuient de devant sa face. Comme la fumée disparaît, qu’ils disparaissent de même ; et comme la cire fond au feu, que les démons périssent aussi devant la face de ceux qui aiment Dieu et qui se prémunissent par le signe de la croix, et disent avec allégresse :
Salut, glorieuse et vivifiante Croix du Seigneur, qui faites fuir les démons par la vertu de Jésus crucifié, descendu aux enfers et vainqueur de la puissance du Satan. Car c’est le Sauveur qui nous a donné sa croix précieuse, comme une arme pour chasser tous nos ennemis. Ô Sainte Croix du Seigneur, soyez notre assistance conjointement avec la Bienheureuse Vierge et tous les Saints. Ainsi soit-il.

https://www.dedefensa.org/article/guenon-et-linterminable-crise-de-la-modernite

2 réflexions sur « Nous sommes dans la gueule de la Bête de l’Apocalypse : merci Occident, toi qui regardes vers la Mort (Guénon) ! Dernier recueil paru. Bonne fête aux Nicolas. N’oubliez pas nos livres de prières. Pour cette fin d’année voyez notre catalogue (certains livres sont reliés maintenant). Préface en 476 mots (an de la prise de Rome, car tous nos textes sont écrits « avec poids, nombre et mesure » -Sagesse, 11, 21). Prions sinon : « Que Dieu se lève et que ses ennemis soient dissipés, et que ceux qui le haïssent fuient de devant sa face. Comme la fumée disparaît, qu’ils disparaissent de même ; et comme la cire fond au feu, que les démons périssent aussi devant la face de ceux qui aiment Dieu et qui se prémunissent par le signe de la croix. » »

  1. https://francemediasnumerique.com/2021/12/18/le-gouvernement-britannique-admet-que-les-vaccins-ont-endommage-le-systeme-immunitaire-naturel-des-personnes-ayant-recu-un-double-vaccin/?amp=1

    Tout est dans la page 23.
    Ca pourrait être une psy-op à front renversé, contre toute attente, les moutons sont sacrifiés sur l’autel de l’intelligence.
    Comme la secte ne peut pas faire de tests de QI à tout le monde, elle sélectionne la future humanité qui mériterait, selon ses critères de déplétions, de rester sur Terre et de se reproduire.
    SF ? Pas certain, 500 millions selon un des commandements des Georgia guidestones.

    Les anti Pass seraient donc les futurs dépossédés et heureux de l’être, selon Davos.
    Heureux, forcément, car survivants de l’hécatombe contrôlé.

    Une piste qu’il ne faut pas négliger.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :