« Depuis que les hommes-médecine habitent des maisons – nous a dit un Shoshone – ils sont devenus impurs et ont perdu beaucoup de leur puissance. » Bientôt un livre de Nicolas Bonnal sur Frithjof Schuon.

http://www.dedefensa.org/article/frithjof-schuon-et-la-grandeur-des-indiens Publicités

Nous sommes après l’apocalypse. Journée Tibet et tradition : retrouvez ici les écrits de Nicolas Bonnal sur Frithjof Schuon et René Guénon…

https://nicolasbonnal.wordpress.com/?s=schuon Et puis http://www.dedefensa.org/article/frithjof-schuon-et-la-grandeur-des-indiens http://www.dedefensa.org/article/de-thoreau-a-koyaanisqatsi-la-civilisation-comme-apocalypse René Guénon et le génie initiatique du peuple (II) Par Nicolas Bonnal http://lesakerfrancophone.fr/rene-guenon-et-les-grands-esprits-pour-les-gilets-jaunes  

Brahmanes et kshatriyas (par Frithjof Schuon)

Brahmanes et kshatriyas (Frithjof Schuon) Pour le brâhmana, — le type purement intellectuel, contemplatif, «sacerdotal», c’est l’immuable, le transcendant, qui est «réel»; il ne «croit», en son for intérieur, ni à la «vie» ni à la «terre»; il y a quelque chose en lui qui reste étranger au changement et à la matière; c’est là, … Continuer à lire … « Brahmanes et kshatriyas (par Frithjof Schuon) »

« L’Indien se perpétue dans les jeux des enfants presque dans le monde entier » : POURQUOI RIEN NE VAUT LES PEAUX ROUGES (par Frithjof Schuon)

  « C’est un fait curieux que beaucoup de gens aiment les Indiens mais n’osent pas l’avouer, ou l’avouent avec des réticences de commande, en se désolidarisant ostentatoirement du « bon sauvage » de Rousseau aussi bien que du « noble sauvage » de Cooper, et surtout de tout « romantisme » et de tout « … Continuer à lire … « « L’Indien se perpétue dans les jeux des enfants presque dans le monde entier » : POURQUOI RIEN NE VAUT LES PEAUX ROUGES (par Frithjof Schuon) »

Frithjof Schuon : « L’existence des vêtements princiers et sacerdotaux prouve que le vêtement confère à l’homme une personnalité, c’est-à-dire qu’il exprime ou manifeste une fonction qui éventuellement dépasse ou ennoblit l’individu. »

Le vêtement, comme le langage et la position verticale, est une des prérogatives de l’homme ; beaucoup moins important sans doute que les deux autres prérogatives mentionnées, il n’en est pas moins caractéristique de l’homo faber. L’homme est fait d’intelligence, de volonté et de sensibilité ; il a besoin d’une ambiance physique congénitale, à commencer … Continuer à lire … « Frithjof Schuon : « L’existence des vêtements princiers et sacerdotaux prouve que le vêtement confère à l’homme une personnalité, c’est-à-dire qu’il exprime ou manifeste une fonction qui éventuellement dépasse ou ennoblit l’individu. » »

Frithjof Schuon et les hommes modernes aux racines coupées (ici Rocca Calascio, château du film Ladyhawke)

Frithjof Schuon et les hommes modernes aux racines coupées Dans ce monde d’absurde relativisme où nous vivons, qui dit « notre temps » croit avoir tout dit ; identifier des phénomènes quelconques avec un « autre temps », ou qui plus est, un « temps révolu », c’est les liquider ; et notons le sadisme … Continuer à lire … « Frithjof Schuon et les hommes modernes aux racines coupées (ici Rocca Calascio, château du film Ladyhawke) »

La sainte enfance et la vieillesse honorable (par Frithjof Schuon)

La sainte enfance et la vieillesse honorable (par Frithjof Schuon)     Ce qui importe pour l’homme virtuellement libéré de la chute, c’est de rester dans la sainte enfance. D’une certaine manière, Adam et Ève étaient « enfants » avant la chute et ne sont devenus « adultes » que par elle et après elle … Continuer à lire … « La sainte enfance et la vieillesse honorable (par Frithjof Schuon) »

La sainte enfance et la vieillesse honorable (par Frithjof Schuon)

La sainte enfance et la vieillesse honorable (par Frithjof Schuon)     Ce qui importe pour l’homme virtuellement libéré de la chute, c’est de rester dans la sainte enfance. D’une certaine manière, Adam et Ève étaient « enfants » avant la chute et ne sont devenus « adultes » que par elle et après elle … Continuer à lire … « La sainte enfance et la vieillesse honorable (par Frithjof Schuon) »

La phrase du jour par Frithjof Schuon : « Comme l’histoire le prouve, le sens du sacré n’exclut pas la férocité, chez les Peaux-Rouges pas plus que chez les samouraïs zen ou chez nos très chrétiens chevaliers du Moyen Age. »