Ciremya et les « annunakis »

Ciremya, les annunakis et notre apocalypse

 

J’invite les électeurs bien éveillés et sensibles au cinéma de science-fiction, à la littérature d’aventures initiatiques (Verne, Conan Doyle, Farmer) à lire les textes érudits et passionnants de Ciremya. Il évoque en vrac une parodie de création, un Christ proche de la source, des Elohims rebelles, des collaborateurs Annunaki (d’origine cétacée) et une expérience (l’expérience humaine, tout près de prendre fin), une reprogrammation enfin de l’humanité par les hostiles. J’ai trouvé cette pensée proche de l’univers de Tolkien.

« La majorité des entités quitta alors la Terre pour d’autres horizons, ce sont les Annunakis. Ils furent alors « contactés» et manipulés par les Elohims rebelles, qui les persuadèrent de revenir sur Terre pour mettre au point, ensemble, l’homme. Ils promirent aux Annunakis que les futurs hommes seraient pour eux des esclaves, taillables et corvéables à merci. Ils leur fournirent l’ébauche du projet (ce que le Dieu des dieux avait créé), puis les Annunakis se mirent au travail. L’objectif était de faire en sorte que les humains ne puissent avoir conscience de la connexion Divine mise en place par le Dieu des dieux.»

Le Christ était venu pour cela, mais les églises travaillèrent l’humanité autrement. Ce que nous voyons ces temps-ci avec Bergoglio (son nom piémontais désigne un village et un pont détruits par une inondation en 1496) ne peut que nous émerveiller.

Ciremya ajoute :

« Le cas du Christ est différend en ce sens qu’il n’est pas un être humain standard : il a été envoyé par la Source (c’est peut-être un Elohim relié à la Source, ou un Planificateur) sur Terre pour essayer de rétablir la situation, et relâcher les mailles de la Matrice. Lorsque Jésus Christ parle du Père, il fait donc référence au Dieu des dieux, et non pas à une entité de l’Ancien Testament. »

C’est ce Christ que le Bergoglio ne cesse d’insulter ces temps-ci : un jour en l’accusant de sot (de scemo) à propos de la femme adultère, un autre en le comparant aux islamistes quand il envoie ses disciples évangéliser le monde. L’indifférence de la masse peudo-catholique (ou cathodique) face à ce fou a quelque chose d’extraordinaire. Et elle correspond à la description donnée jadis par le philosophe allemand Feuerbach des cathos bourgeois du dimanche.

Expliquons les Bilderbergs, les Trilatéralistes, les banquiers centraux, toute cette engeance : l’ami Ciremya cite le célèbre Castaneda – dont cette histoire inspira le célèbre film Predator, chef d’oeuvre de McTiernan, avec Schwarzenegger) :

Les sorciers ont découverts que nous ne sommes pas seuls, me dit-il aussi clairement qu’il le put. Venu des profondeurs du cosmos, un prédateur est là, qui toute notre vie nous maintient sous son emprise. Les êtres humains sont prisonniers et ce prédateur est notre seigneur et maître. Il a su nous rendre faibles et dociles. Il étouffe toute velléité de protestation ou d’indépendance et nous empêche d’agir librement. Ils nous tiennent sous leur emprise parce que nous sommes leur source de subsistance. Ils ont besoin de nous pour se nourrir, et c’est pour cela qu’ils nous pressurent implacablement. Exactement comme nous qui élevons des poulets pour les manger, ils nous élèvent dans des « poulaillers » humains pour ne jamais manquer de nourriture.

Nourriture qui peut être astrale ou psychique.

On citera pour terminer le célèbre et luciférien scénariste Alan Moore :

… je n’ai que très peu de temps car les esprits invisibles qui me rendent visite lors de mes activités magiques semblent convaincus que dans les prochaines années, entre 2012 et 2017, il y aura une apocalypse.

 

Publicités

Moments inouïs : Luis Buñuel reçu par George Cukor rencontre Hitchcock et John Ford, puis Fritz Lang (traduction)

Moments inouïs : Buñuel reçu par Cukor rencontre Hitchcock et John Ford, puis Fritz Lang  (traduction)

 

Moment inouï: Buñuel reçu par Cukor rencontre Hitchcock et John Ford (traduction)

 

Un jour, j’ai reçu de Georges Cukor une invitation à manger, une invitation extraordinaire, puisque je ne le connaissais pas.

C’était un repas extraordinaire. Quand le premier arriva au magnifique manoir de Cukor, qui nous accueillit chaleureusement, nous vîmes entrer, à demi emporté par une sorte d’esclave noir aux muscles puissants, un vieux spectre vacillant, avec une tache dans l’œil, que je reconnus comme John Ford. .

Nous n’avions jamais coïncidé. À ma grande surprise, parce que je pensais qu’il ignorait mon existence, il s’est assis à côté de moi sur un canapé et m’a dit qu’il était heureux de retourner à Hollywood. Il a même annoncé qu’il préparait un film – un grand western -, où il mourrait quelques mois plus tard.

A ce moment de la conversation, nous entendîmes grimper quelques marches sur le parquet. Je suis revenu. Hitchcock est entré dans la pièce, tout dodu et rose, et marchait vers moi avec ses bras tendus. Je ne le connaissais pas non plus personnellement, mais je savais qu’à plusieurs reprises il avait publiquement chanté mes louanges. Il s’est assis à côté de moi et a ensuite demandé à être à ma gauche pendant le repas. Avec un bras passé sur mes épaules, presque allongé sur moi, je continuais à parler de son entrepôt, de son régime (il mangeait très peu) et surtout de la jambe coupée de Tristana: «Ah, cette jambe … ! »

Puis vinrent William Wyler, Billy Wilder, Georges Stevens, Ruben Mamoulian, Robert Wise et un réalisateur beaucoup plus jeune, Robert Mulligan.

Après les apéritifs, nous nous sommes assis à la table, dans l’obscurité d’une grande salle à manger éclairée par des lustres. Il a été célébré en mon honneur une étrange réunion de fantômes qui ne s’étaient jamais rencontrés comme ça et qui parlent tous du bon vieux temps, des bons moments. De Ben-Hur à West Side Story, de Some like it hot à Notorious, de Stagecoach à Giant, combien de films autour de cette table …

Après le repas, quelqu’un eut l’idée d’appeler un photographe de

Appuyez sur pour prendre le portrait de famille. La photographie serait l’un des objets de collection de l’année. Malheureusement, John Ford n’y figure pas. Son esclave noir était parti le chercher au milieu du repas. Il a dit faiblement au revoir et est parti pour ne plus jamais nous revoir, trébuchant sur les tables.

 

(…) Le jour suivant, Fritz Lang m’a invité à lui rendre visite chez lui. Trop fatigué, il n’avait pas pu assister au dîner chez Cukor. J’avais alors soixante-douze ans. Fritz Lang avait plus de quatre-vingts ans.

Nous nous voyions pour la première fois. Nous avons bavardé pendant une heure et j’ai eu le temps de lui dire le rôle décisif de ses films dans le choix de ma vie, puis, avant de nous séparer – et cela ne correspond pas à mes habitudes – je lui ai demandé de me dédier une photo.

Assez surpris, il en chercha un et le signa pour moi. Mais c’était une photo de son grand âge. Je lui ai demandé s’il n’aurait pas une photo des années vingt, de l’époque de Der müde Tod et de Metropolis.

Il en a trouvé un et a écrit une magnifique dédicace. Ensuite, je lui ai dit au revoir et je suis retourné à l’hôtel.

 

 

 

 

Un día, recibí de Georges Cukor una invitación a comer, invitación extraordinaria, pues no le conocía.

Fue una comida extraordinaria. Llegados los primeros a la magnífica mansión de Cukor, que nos recibió calurosamente, vimos entrar, medio llevado por una especie de esclavo negro provisto de poderosos músculos, a un viejo espectro vacilante, con un parche en el ojo, a quien reconocí como John Ford.

Nunca habíamos coincidido. Con gran sorpresa por mi parte, pues creía que ignoraba hasta mi existencia, se sentó a mi lado en un sofá y dijo alegrarse de mi regreso a Hollywood. Me anunció, incluso, que preparaba una película —a big western—, cuando habría de morir pocos meses después.

En este momento de la conversación, oímos el arrastrarse de unos pasos sobre el parquet. Me volví. Hitchcock entraba en la sala, todo rechoncho y sonrosado, y se dirigía hacia mí con los brazos extendidos. Tampoco le conocía personalmente, pero sabía que en varias ocasiones había cantado públicamente mis alabanzas. Se sentó junto a mí y, luego, exigió estar a mi izquierda durante la comida. Con un brazo pasado sobre mis hombros, casi echado sobre mí, no cesaba de hablar de su bodega, de su régimen (comía muy poco) y, sobre todo, de la pierna cortada de Tristana: «¡Ah, esa pierna…! »

Llegaron luego William Wyler, Billy Wilder, Georges Stevens, Ruben Mamoulian, Robert Wise y un director mucho más joven, Robert Mulligan.

Tras los aperitivos, nos sentamos a la mesa, en la penumbra de un amplio comedor iluminado con candelabros. Se celebraba en mi honor una extraña reuniónde fantasmas que nunca se habían encontrado así reunidos y que hablan todos de los good old days, de los buenos tiempos. De Ben-Hur a West Side Story, de Some like it hot a _otorious, de Stagecoach a Giant, cuántas películas alrededor de aquella mesa…

Después de la comida, alguien tuvo la idea de llamar a un fotógrafo de

Prensa para que tomase el retrato de familia. La fotografía sería uno de los

collector’s items del año. Desgraciadamente, John Ford no figura en ella. Su esclavo negro había ido a buscarlo en medio de la comida. Nos dijo débilmente adiós y se marchó para no volver a vernos más, tropezando con las mesas.

 

(…) Al día siguiente, Fritz Lang me invitó a visitarlo en su casa. Demasiado fatigado, no había podido asistir a la comida celebrada en casa de Cukor. Yo tenía entonces setenta y dos años. Fritz Lang rebasaba los ochenta.

Nos veíamos por primera vez. Charlamos durante una hora, y tuve tiempo de decirle el decisivo papel que sus películas habían ejercido en la elección de mi vida, Luego, antes de separarnos —y ello no entra dentro de mis costumbres—, le pedí que me dedicase una fotografía.

Bastante sorprendido, buscó una y me la firmó. Pero era una fotografía de su vejez. Le pregunté si no tendría, además, una fotografía de los años veinte, de la época de Der müde Tod y de Metrópolis.

Encontró una y escribió una magnífica dedicatoria. Luego, me despedí de él y regresé al hotel.

 

Nev le bureaucrate, écrit à 22 ans en 1983, prose poétique et fantaisie cosmique : « à mi-chemin entre la science-fiction et le document sociologique » (comité de lecture des éditions Grasset).

Le génie américain face au viol automobile du monde

 

 

Les américains l’ont dit eux-mêmes…

Orson Welles adapte, il est fidèle au texte, qui vaut bien Debord, Mumford ou Boorstin.

La splendeur des Ambersons par Booth Tarkington (Gutenberg.org).

 

 

“Well, well!” the Major laughed. “You have enough faith in miracles, Eugene—granting that trolleys and bicycles and automobiles are miracles. So you think they’re to change the face of the land, do you?”

“They’re already doing it, Major; and it can’t be stopped. Automobiles—”

At this point he was interrupted. George was the interrupter. He had said nothing since entering the dining room, but now he spoke in a loud and peremptory voice, using the tone of one in authority who checks idle prattle and settles a matter forever.

“Automobiles are a useless nuisance,” he said.

 

“I said all automobiles were a nuisance,” George answered, repeating not only the words but the tone in which he had uttered them. And he added, “They’ll never amount to anything but a nuisance. They had no business to be invented.”

 

Again there was a silence, while the Major stared at his grandson, aghast. But Eugene began to laugh cheerfully.

“I’m not sure he’s wrong about automobiles,” he said. “With all their speed forward they may be a step backward in civilization—that is, in spiritual civilization. It may be that they will not add to the beauty of the world, nor to the life of men’s souls. I am not sure. But automobiles have come, and they bring a greater change in our life than most of us suspect. They are here, and almost all outward things are going to be different because of what they bring. They are going to alter war, and they are going to alter peace. I think men’s minds are going to be changed in subtle ways because of automobiles; just how, though, I could hardly guess. But you can’t have the immense outward changes that they will cause without some inward ones, and it may be that George is right, and that the spiritual alteration will be bad for us. Perhaps, ten or twenty years from now, if we can see the inward change in men by that time, I shouldn’t be able to defend the gasoline engine, but would have to agree with him that automobiles ‘had no business to be invented.’” He laughed good-naturedly, and looking at his watch, apologized for having an engagement which made his departure necessary when he would so much prefer to linger. Then he shook hands with the Major, and bade Isabel,

 

Je rappelle Guy Debord :

« Le moment présent est déjà celui de l’autodestruction du milieu urbain. L’éclatement des villes sur les campagnes recouvertes de « masses informes de résidus urbains » (Lewis Mumford) est, d’une façon immédiate, présidé par les impératifs de la consommation. La dictature de l’automobile, produit-pilote de la première phase de l’abondance marchande, s’est inscrite dans le terrain avec la domination de l’autoroute, qui disloque les centres anciens et commande une dispersion toujours plus poussée. En même temps, les moments de réorganisation inachevée du tissu urbain se polarisent passagèrement autour des « usines de distribution » que sont les supermarkets géants édifiés en terrain nu, sur un socle de parking ; et ces temples de la consommation précipitée sont eux-mêmes en fuite dans le mouvement centrifuge, qui les repousse à mesure qu’ils deviennent à leur tour des centres secondaires surchargés, parce qu’ils ont amené une recomposition partielle de l’agglomération. Mais l’organisation technique de la consommation n’est qu’au premier plan de la dissolution générale qui a conduit ainsi la ville à se consommer elle-même (La société du spectacle, §174). »

 

Debord pensa justement que l’automobile comme la télé ont aidé le pouvoir totalement ; et le web ?

 

Un lecteur commente les Who mieux que nous !

 

 

Les Who sont les seuls à avoir cru à la Musique qu’ils faisaient. Elle est tellement au dessus de celle des scarabées et des pierres que quarante ans après c’est une évidence. Je ne les trouvent même pas trop précurseurs, seulement des génies. Ils incarnent comme aucun groupe les épopées du rock anglais passant par le psychédélique, pour finir en phénomène de foire, là où ils s’arrêtèrent d’ailleurs.

 

https://en.wikipedia.org/wiki/Who%27s_Next

https://en.wikipedia.org/wiki/Pete_Townshend

Redécouvrez le mauvais goût américain avec Gérard Butler et Nicolas Bonnal

https://nicolasbonnal.wordpress.com/2018/02/01/5-comedies-americaines-de-mauvais-gout-pour-supporter-notre-societe/