Nicolas Bonnal annonce la fin de la conquête spatiale et de l’Union soviétique en 1983 dans son roman fantastique Nev le bureaucrate…

Publicités

Bonsoir. je suis Tatiana Popova-Mozovska alias Bonnal. Lisez mes traductions et mes livres de cuisine. Mon mari est un grand duc.

https://www.amazon.fr/Tetyana-Popova-Bonnal/e/B074VGRKQZ

Nicolas Bonnal publie encore… C’est trop, arrêtez, Nicolas Bonnal !!!

Les paganismes au cinéma

 

Le paganisme au cinéma : vaste sujet, car le paganisme a  inspiré tous les cinémas populaires depuis un siècle. Les épopées, les grandes histoires d’amour, les récits d’aventures initiatiques ou de navigation (pour ne pas parler des voyages), les contes de fées, les récits fantastiques ont tous bien sûr une belle origine païenne que nous étudions ici.

Ce gros livre rassemble nos différentes études sur le paganisme au cinéma. Il démarre par une étude du phénomène culturel païen aux temps modernes de la culture industrielle, puis il étudie les cinématographies que nous avons jugées les plus intéressantes pour approcher ce sujet vaste et complexe, et surtout ignoré. On trouvera donc une étude des cinématographies française, anglo-saxonne et américaine ; et aussi une étude des cinémas soviétiques germanique et nippon, ces derniers nous ayant semblé les plus appropriés pour comprendre le phénomène païen.

 

Les lecteurs amateurs de science-fiction attendront un prochain ouvrage que nous consacrerons à ce genre important, que nous avons déjà évoqué dans nos livres sur Kubrick et sur Ridley Scott.

Le condor andin salue les belles argentines avec un conte à dormir debout de Nicolas Bonnal : entretien avec un toucan (contes de la série III, Iguaçu)

Entretiens avec un toucan

 

 

Je prenais un soir le train pour la Garganta. J’étais à la deuxième station, entouré des rares touristes qui prennent l’ultime train de cinq heures. Il est vrai qu’à ce moment on a dépassé l’horaire de travail, et donc de l’affluence métropolitaine. C’est l’heure où la forêt recommence à vivre de sa vie autonome, alors que justement les spectateurs disparaissent presque tous. Les cuys sortent de leurs arbustes et commencent à ronger ce qu’ils trouvent, les singes cai se promènent librement sur la passerelle du circuit supérieur, les cormorans mbiguas se sèchent tranquillement au soleil sur la passerelle de la Garganta cette fois. Avec un peu de chance, on voit des rapaces caracoleros (mangeurs d’escargots) et bien sûr les si actifs martins-pêcheurs bondir de prise en prise ou de branche en branche.

Je somnolais un peu sur mon siège en bois, me concentrant sur  ma future contemplation (il n’y a  rien de pire que d’arriver distrait à la Garganta), lorsque je fus tiré de ma rêverie par les gesticulations des touristes. Ils bondissaient tous hors du train ou de la jungle avec leurs appareils de prise vue au bout de leurs bras frénétiques et tendus.  Le toit de la petite estacion m’empêchait de voir ce qu’ils filmaient ; mais j’entendais des jacasseries familières, auxquelles je n’avais pas jusque là prêté attention. Et d’ailleurs ces jacasseries n’étaient pas familières ; elles étaient sévères. Je compris enfin que ce qui se passait était important

Je descendis à mon tour du petit train écologique et je m’approchais de la scène théâtrale : un toucan était arrivé et s’en prenait aux yeux des boyeros, ou culs-rouges.

Je m’explique : le populaire oiseau avec son bec géant et polychrome est un mangeur d’oeufs. Et il s’attaque aux oeufs des culs-rouges ou boyeros caciques. Ces derniers vivent en groupe et construisent, ou plutôt tissent de très beaux nids suspendus au tronc des pindòs. Le pindò est ce beau palmier omniprésent dans le la selva misionera, qui peut atteindre vingt mètres de hauteur, et sert de lieu de séjour et de garde-manger aux insectes, alors qu’il produit de petits fruits toute l’année. Tout le monde mange sur le pindò : les perroquets calancates, les pies, et même les mammifères, comme le singe ou le coati.

C’est sur cet arbre donc que nidifie le boyero cacique, plumage noir et dos rouge.  Ce dernier est bon tisseur et bien excité aussi. Ils se déplace en groupes et nidifie en colonie : c’est ainsi que l’on voit ses nids pendre comme de gros fruits incroyables aux branches du pindò.

Le cacique n’est pas méchant : il laisse même le tordo géant, variété de grive, déposer ses oeufs dans son nid. Mais le tordo est moins convivial : il remplace les oeufs des caciques par les siens. Voilà présentés la scène et les faits.

 

Un employé du chemin de fer me dit que la scène était habituelle : elle se reproduisait presque chaque soir, au risque de voir un jour les boyeros abandonner cet arbre et leurs oeufs. D’habitude les boyeros se contentent de piailler à l’arrivée du toucan.  Mais ce soir la tragédie avait remplacé la comédie. Un grand toucan au bec gigantesque était arrivé, se posant paisiblement sur une branche du pindò. Les boyeros affolés, craignant déjà pour leur couvée, ne cessaient de crier et de le harceler, mais si timidement qu’il s’en riait. Les bestioles voletaient mais ne le touchaient pas, avec raison sans doute, car il pouvait en tuer une d’un seul coup de bec : le toucan peut même mettre en fuite un singe ou un coati.

Au-dessous de lui crépitaient les flashes, les touristes étaient tout absorbés par leur filmation, si j’ose dire. Le toucan semblait fier, et presque même se rengorgeait.

Enfin vint le moment tant redouté des uns et désiré des autres. Le grand oiseau prit son élan et se posa sur un nid qu’il commença à démolir de son bec si puissant. Ce ne fut que stridences : les boyeros terrifiés entouraient et harcelaient le monstre, mais lui n’en avait cure. Les boyeros ont pourtant de bons petits becs, avec lesquels ils peuvent rompre l’écorce des fruits. Mais ils ne s’en servaient pas cette fois. En outre ils nidifient parfois au milieu des ruches d’abeilles pour mieux se protéger des incursions du maître Toucan.

Le dit toucan ouvrit enfin un nid. Nous le vîmes fendre des oeufs, nous le vîmes surtout arracher un oisillon du nid et le frapper à coups de bec. Je me reculais, ne pouvant plus supporter le spectacle. Je lui aurais jeté des pierres. Mais les flashes continuaient de crépiter, les touristes raffolaient de la scène. Je me rappelais de cette naïve remarque d’une guide qui disait que les boyeros exposent leurs nids au grand public humain pour justement empêcher l’agression du grand toucan, Mais comment pouvait-elle imaginer qu’une humanité habituée à consommer et adorer la souffrance des autres à la télévision pouvait se sentir concernée par la sort d’un oisillon infortuné ?

 

Le train partit enfin. Je restais mélancolique devant la Garganta ce soir-là. Au retour, il faisait presque nuit. Les touristes s’en étaient allés, les uns pour retrouver leur bus, les autres leur taxi, les boyeros s’étaient tus. Mais qui ne vis-je pas là, trônant comme sur l’azur au sommet du pindò ? Mon grand toucan, promu roi et prédateur de la contrée. Je descendis du train, car j’avais résolu de gagner le Sheraton où m’attendait une personnalité locale. Cette promenade m’a toujours plu : les animaux adorent les gazons fraîchement tondus du Sheraton. J’y ai même vu des oiseaux nommés teros, familiers des parages hauturiers de la Patagonie, y pondre leurs oeufs, comme s’ils avaient naïvement cru pouvoir échapper à tous les prédateurs de la selva. Il est vrai que ce sont des oiseaux sentinelles.

En me voyant, le toucan baissa les yeux avec beaucoup de condescendance. Je sentais même comme une nuance d’arrogance, et même de mépris. Cela m’incita à réagir.

 

Eh bien, vous pouvez être fier de vous…

Je le suis en effet, fit-il en se rengorgeant et en montrant son plus beau plumage.

Vous êtes d’une cruauté…

Mais non. C’est le monde qui est cruel, je suis à l’image du monde.

Tout cela ce sont des banalités… Vous ne pouvez prendre exemple sur le monde pour justifier votre conduite.

Mais je ne fais que m’alimenter, nom d’un toucan ! Vous êtes carnivore ?

Oui, fis-je en ronchonnant…

Vous croyez que vous traitez mieux les vaches ou les porcelets que moi je ne traite les oisillons ? Vous les engraissez, vous les terrorisez, vous les emmenez à l’abattoir, et là, clac ! Vous les sacrifiez !

Mais….

Taisez-vous, nom d’un bec ! j’en ai assez du moralisme humain ! Vous avez détruit toutes nos forêts d’Amérique latine, pour y planter du soja ou du maïs que vous allez donner à ce même bétail que vous sacrifiez !

 

Je ne savais plus que dire. Mais mon toucan était lancé comme une pierre. Je l’avais lancé, je dois dire. Quel dommage que personne n’ait filmé notre rencontre !

 

Sans compter ces forêts sacrifiées pour les soi-disant biocombustibles et autres éthanol, qui vous servent  de carburant pour visiter tous ces territoires auxquels vous n’entendez rien, ajouta-t-il sarcastique. Nous, nous servons de nos ailes.

Bon, je reconnais, fis-je un peu pois, pardon un peu pantois…

 

Il vola de son arbre, effectua un ou deux ronds dans le ciel, et descendit vers moi. Il se posa sur un banc, tout près. Son bec semblait encore plus grand qu’auparavant.

Vous savez qui je suis ? Je suis un distributeur de graines. Je féconde tout le parc en les dispersant en même temps que les fruits. Vous, vous ne dispersez que votre consommation et vos objets idiots.

Oh, oh….

Et sur la question humanitaire qui vous obsède, je vais vous dire ce que je suis en réalité. Je suis un régulateur de populations. Vous croyez que le parc se porterait mieux sans moi ? Que ces innombrables boyeros, bruyants et fatigants, seraient mieux s’ils étaient plus nombreux ? Je suis là pour veiller au grain, si j’ose dire… Sans moi, tout pullulerait ou grouillerait, comme sur vos plages.

 

Il était de plus en plus content de lui. Je ne m’avouais pas vaincu, et j’eus tort comme on va voir.

 

Régulateur de populations, voilà un titre bien pompeux. Vous êtes un exterminateur, voilà ce que vous êtes.

Et vous, vous n’en avez pas des politiques de régulations de populations ? Vous n’avez pas eu vos famines, vos tyrannies, vos épidémies, et aujourd’hui votre contrôle des naissances ?

Ce n’est pas la même chose de tuer un oisillon devant sa mère et de…

Cela c’est vous qui le dites, ce ne sont pas vos églises.

 

Il était décidément bien fort, ce toucan. Je le voyais regarder les alentours de son oeil brillant.

 

C’est que j’ai moi aussi mes prédateurs, qui s’en prennent au nid douillet de mes oisillons. Je m’en vais picorer quelques fruits.

Après tout ce que vous avez mangé ?

Mais cela m’a coûté des efforts, et même quelques coups de bec de ces sots de boyeros. Ce n’est pas vous qui m’auriez aidé. On vous verrait transpirer autrement si vous n’aviez pas vos billets verts et votre carte de crédit… Et…

 

Cette fois j’en avais assez. Je reconnaissais ma défaite, mais il fallait qu’il me laisse quand même souffler.

 

Basta ! Je le reconnais, vous avez toujours raison. Mais… qui vous a enseigné à vous exprimer de telle manière ?

De là-haut, quand on gobe des oeufs et des oisillons, on entend beaucoup de choses, fit-il avec malice. Et on en retient… par ailleurs, par ailleurs…

 

Il vola à nouveau, alors que la nuit était tombée, et il s’approcha tout près de moi. Je redoutais son bec.

 

Par ailleurs j’ai eu un bon professeur.

Qui donc ? une harpie, un yaguareté ?

Non…. fit-il avec affectation. J’en sais beaucoup plus qu’eux sur ces thèmes.

Alors ?…

Un… guardaparque ! mais pas un de ceux avec vous discutez là dans le parc. Un guardaparque plus lointain, plus mystérieux, le vrai gardien de la selva… je vais vous dire son nom…

 

Un flash nous interrompit. Nous fûmes tout surpris, comme aveuglés. Mon toucan s’envola, avec son ultime secret. C’était un touriste attardé (si j’ose dire), un client du Sheraton qui nous avait ainsi surpris. Pendant que je le morigénais, il s’ingéniait à me dire qu’il avait pris la photo du siècle, et qu’il me l’enverrait par courrier électronique. Mais j’étais bien décidé à revoir mon toucan et à en savoir plus sur ce guardaparque.

 

 

Je suis la plus belle femme du monde, et Nicolas Bonnal va parler de moi dans son livre ésotérique, alchimiste et mythologique sur Star Trek ! Mon nom est Barbara Bouchet et je suis sudète, pas simplette…

Les meilleurs épisodes de Star Trek (Nicolas Bonnal prépare un livre sur Star Trek – et sur Sénèque d’ailleurs)

Star trek – les meilleurs épisodes

 

Créée par des as de l’aviation, des services secrets et de la maçonnerie initiatique (on évoqua les bnai’brith, chapeau si c’est vrai !), la série Star Trek nous a toujours émerveillés, au moins de 1967 à 1969. Enfin disponible à un prix raisonnable sur Amazon.co.uk., nous l’avons acquise et décidé d’écrire un livre sur cette série légendaire (la meilleure avec le prisonnier, tourné la même années), qui mêlera tout, ésotérisme, mythologie, bible, histoire, épopée, érotisme et même (pourquoi pas ?) raison. Embarquement immédiat pour les utopies gnostiques de la télé vision !

Mise en bouche avec nos dix épisodes préférés :

 

La ménagerie I et II

Un capitaine mutilé et handicapé veut revivre de superbes aventures amoureuses dans la planète des illusions. Spock décide de mutiner pour l’y emmener, car la vie n’est-elle pas un rêve (baroque en l’occurrence) ?

Métamorphose – Cochrane

Sublime épisode où l’on voit un nuage posséder un cosmonaute amoureusement. Il le fait survivre pendant des centaines d’années avant de pouvoir reprendre une forme humaine avec une belle mourante amenée par Kirk. « Je t’apparaîtrai sous la forme de la nuée », dit la Bible.

Charlie X

Un adolescent perdu, frustré aux grands pouvoirs devient tyran à bord du vaisseau. Son nom est-il une allusion à notre histoire de France ?

Fraternitaire

Une planète nazie, ni plus ni moins, créée par l’ancien professeur d’histoire de Kirk. Spock ajoute que ce fut «le système le plus efficace de l’histoire du monde ». Episode censuré en Allemagne.

Amok time – mal du pays

Saison des amours pour Spock. On découvre enfin la planète Vulcain, mélange de génie juif et chinois, et qui dégage pourtant une bonne barbarie ressourçant Kirk.

Apollon – Adonis

Notre préféré. Apollon existe et il regrette les hommes qu’il avait dessiné pour l’adorer, il tente alors de retenir l’équipage sur sa planète. Mais le capitaine Kirk n’est pas d’accord, avant de regretter sa prompte décision !

Unité M. Computer – Daystrom

Episode central, proche de 2001 ! L’ordinateur-Golem est installé à bord du vaisseau, et il détraque tout. Mais qui diable nous débarrasser de ces Golems dit-il nez perché dix heures par jours sur son écran d’ordinateur ?

Les derniers tyrans – space seed

Episode superbe avec l’acteur hispano-mexicain Montalban. Une race de surhommes rebelles est retrouvée et s’empare du vaisseau. On les en chasse, mais ils sortent la tête haute. Encore un épisode terriblement politiquement incorrect. Mais pourquoi donc ?

Requiem pour Mathusalem

L’homme éternel existe, il a été Brahms et Leonard de Vinci et d’autres aussi. Il a créé une planète de rêve mais souffre de solitude, alors il se fabrique des Schéhérazade. Mais comme les machines  blondes deviennent sentimentales…

La route de l’Eden.

On recrute des hippies de l’espace qui sèment la pagaille à bord. Spock ne les apprécie pas mais il aime et comprend leur quête spirituelle. Tous à Katmandou ! Nota : on se moque d’un certain Herbert, figure autoritaire, allusion rigolote à Marcuse bien sûr.

 

Chesterton et les conspirations ploutocratiques en 1908

 

 

Les riches nous soumettent ?

On lit et on relit Chesterton, et son génial Nommé jeudi, publié en 1908, lisible sur Wikisource, qui décrit la situation que nous vivons, que nos anti-conspirateurs dénoncent :

 

« Vous partagez cette illusion idiote que le triomphe de l’anarchie, s’il s’accomplit, sera l’œuvre des pauvres. Pourquoi ? Les pauvres ont été, parfois, des rebelles ; des anarchistes, jamais. Ils sont plus intéressés que personne à l’existence d’un gouvernement régulier quelconque. Le sort du pauvre se confond avec le sort du pays. Le sort du riche n’y est pas lié. Le riche n’a qu’à monter sur son yacht et à se faire conduire dans la Nouvelle-Guinée. Les pauvres ont protesté parfois, quand on les gouvernait mal. Les riches ont toujours protesté contre le gouvernement, quel qu’il fût. Les aristocrates furent toujours des anarchistes ; les guerres féodales en témoignent. »

 

C’est qu’en effet les oligarques n’aiment guère obéir.

Dans son roman à clé sur la montée du communisme et de la mondialisation (tous aux mains d’une clique de banquiers), Chesterton, qui avait été révolté par la guerre des boers liée au diamant (Barnato, Rothschild, Cecil Rhodes et sa périlleuse Table Ronde), ajoute :

 

« Nous ne sommes pas des bouffons ; nous sommes des hommes qui luttons dans des conditions désespérées contre une vaste conspiration. Une société secrète d’anarchistes nous poursuit comme des lapins. Il ne s’agit pas de ces pauvres fous qui, poussés par la philosophie allemande ou par la faim, jettent de temps en temps une bombe ; il s’agit d’une riche, fanatique et puissante Église : l’Église du Pessimisme occidental, qui s’est proposé comme une tâche sacrée la destruction de l’humanité comme d’une vermine. »

 

Chesterton ajoute avec humour et fantaisie cette allusion à Cecil Rhodes et à la Table ronde – dont reparlera Carroll Quigley dans ses classiques :

 

« Voici son application à ces circonstances : la plupart des lieutenants de Dimanche sont des millionnaires qui ont fait leur fortune en Afrique du Sud ou en Amérique. C’est ce qui lui a permis de mettre la main sur tous les moyens de communication, et c’est pourquoi les quatre derniers champions de la police anti-anarchiste fuient dans les bois, comme des lièvres. »

 

Et comme aujourd’hui on accuse le mondialisme et le transhumanisme des maîtres du réseau (Google, Amazon, Facebook, Apple, GAFA, etc.), Chesterton dénonce les maîtres du rail :

 

« Mais permettez-moi de vous faire observer que la force de cette racaille est proportionnée à la nôtre et que nous ne sommes pas grand-chose, mon ami, dans l’univers soumis à Dimanche. Il s’est personnellement assuré de toutes les lignes télégraphiques, de tous les câbles. Quant à l’exécution des membres du Conseil suprême, ce n’est rien pour lui, ce n’est qu’une carte postale à mettre à la poste, et le secrétaire suffit à cette bagatelle. »

 

Bibliographie

Gilbert Keith Chesterton – Un nommé jeudi (wikisource)

Nicolas Bonnal –  Littérature et conspiration (Amazon.fr, Dualpha.com)