Nicolas Bonnal, un peu de Sénèque !

Sénèque et la grande paix

(Curius Dentatus aiebat malle esse se mortuum quam uiuere).

Et l’homme de cœur est celui qui de toutes parts en butte à d’imminents périls, quand le bruit des armes et des chaînes résonne autour de lui, ne brise point son courage aux écueils, comme aussi ne s’y dérobe pas: s’enterrer n’est point se sauver. « J’aime mieux cesser d’être, disait, je crois, Curius Dentatus, que d’être mort dès cette vie. » Quoi de pire en effet que de se voir effacé du nombre des vivants avant l’heure du trépas? Créons-nous un tout autre sort : si nous tombons sur une époque où la chose publique soit trop peu maniable, sacrifions davantage au loisir et aux lettres; comme dans une traversée périlleuse, prenons terre plus souvent; et sans attendre que les affaires nous quittent, prenons congé d’elles les premiers !

Lecteurs, nouveaux lecteurs de Nicolas Bonnal, bienvenue. Vous ne pourrez faire demi-tour !

https://www.amazon.fr/Nicolas-Bonnal/e/B001K7A4X0/ref=sr_tc_2_0?qid=1511171731&sr=8-2-ent

Jules César et la Gaule de Clochemerle

 

 

 

Ah, les Gallois…

Prenez le livre VI de la Guerre des Gaules, chapitres 11 et 12.

«  Au point où l’on est arrivé, il n’est pas sans doute hors de propos de parler des mœurs de la Gaule et de la Germanie, et de la différence qui existe entre ces deux nations. Dans la Gaule, ce n’est pas seulement dans chaque ville, dans chaque bourg et dans chaque campagne qu’il existe des factions, mais aussi dans presque chaque famille : ces factions ont pour chefs ceux qu’on estime et qu’on juge les plus puissants ; c’est à leur volonté et à leur jugement que sont soumises la plupart des affaires et des résolutions. »

Et Jules César d’expliquer pourquoi :

« La raison de cet antique usage paraît être d’assurer au peuple une protection contre les grands : car personne ne souffre que l’on opprime ou circonvienne ses clients ; si l’on agissait autrement, on perdrait bientôt tout son crédit. Ce même principe régit souverainement toute la Gaule : car toutes les cités sont divisées en deux partis »

Le peuple gaulois veut de la sécurité, de la nourriture, de la protection, donc le peuple devient esclave ; tout cela deux mille ans avant Tocqueville, qui ne se faisait guère d’illusions sur la capacité des Français à résister à la montée en puissance de la modernité étatique.

Mais restons-en à nos divisions évoquées plus haut. Dans le latin de César qu’on a tous étudié en troisième (ce n’est ni Salluste ni Tacite), cela donne :

« Haec eadem ratio est in summa totius Galliae: namque omnes civitates in partes divisae sunt duas ».

 

Le grand homme poursuit avec humour :

« Lorsque César vint dans la Gaule, les Héduens étaient les chefs d’une de ces factions, les Séquanes, ceux de l’autre. Cum Caesar in Galliam venit, alterius factionis principes erant Aedui, alterius Sequani. »

Et là cela devient carrément du Astérix :

« L’arrivée de César changea la face des choses : les Héduens reprirent leurs otages, recouvrèrent leurs anciens clients, en acquirent de nouveaux par le crédit de César, parce qu’on voyait que ceux qui entraient dans leur amitié jouissaient d’une condition meilleure et d’un gouvernement plus doux ; et ils obtinrent dans tout le reste un crédit et un pouvoir qui firent perdre aux Séquanes leur prépondérance.  À ceux-ci avaient succédé les Rèmes ; lorsqu’on remarqua que leur faveur auprès de César égalait celle des Héduens, ceux que d’anciennes inimitiés empêchaient de s’unir à ces derniers se ralliaient à la clientèle des Rèmes, qui les protégeaient avec zèle pour conserver le nouveau crédit qu’ils avaient si rapidement acquis. Tel était alors l’état des choses que les Héduens avaient, sans contredit, le premier rang parmi les Gaulois, et que les Rèmes occupaient le second. »

On répète encore en latin :

« Eo tum statu res erat, ut longe principes haberentur Aedui, secundum locum dignitatis Remi obtinerent. »

Le Clochemerle des Gaulois, c’est tout de même quelque chose !

 

Vivre comme si nous n’avions rien à cacher (par Sénèque, XLIII)

 

LETTRE XLIII.

Vivre comme si l’on était sous les yeux de tous. – La conscience.

Tu me demandes comment cela est venu jusqu’à moi ; qui m’a pu dire ta pensée

que tu n’avais dite à personne ? « Celle qui sait tant de choses : la renommée. » Quoi !

diras-tu, suis-je assez important pour mettre la renommée en émoi ? – Ne te mesure pas

sur l’endroit où je suis, mais sur celui que tu habites. Qui domine ses voisins est grand

où il domine. La grandeur n’est pas absolue : elle gagne ou perd par comparaison. Tel

navire, grand sur un fleuve, est fort petit en mer ; le même gouvernail, trop fort pour tel

navire, est exigu pour tel autre. Toi aujourd’hui, tu as beau te rapetisser, tu es grand

dans ta province : tes actions, tes repas, ton sommeil, on épie, on sait tout. Tu n’en dois

que mieux t’observer dans ta conduite. Mais ne t’estime heureux que le jour où tu

pourrais vivre sous les yeux du public, où tes murailles te défendraient sans te cacher,

ces murailles que presque tous nous croyons faites moins pour abriter nos personnes

que pour couvrir nos turpitudes. Je vais dire une chose qui peut te faire juger de nos

moeurs : à peine trouverais-tu un homme qui voulût vivre portes ouvertes. C’est la

conscience plutôt que l’orgueil qui se retranche derrière un portier. Nous vivons de telle

sorte que c’est nous prendre en faute que de nous voir à l’improviste. Mais que sert de

chercher les ténèbres, de fuir les yeux et les oreilles d’autrui ? Une bonne conscience

défierait un public ; une mauvaise emporte jusque dans la solitude ses angoisses et ses

alarmes. Si tes actions sont honnêtes, qu’elles soient sues de tous ; déshonorantes,

qu’importe que nul ne les connaisse ? tu les connais, toi. Que je te plains, si tu ne tiens

pas compte de ce témoin-là !

 

De Sénèque contre les voyages (pour notre ami Israel Shamir !)

 

 

 

Notre auteur se déchaîne contre les voyages dans quatre lettres à Lucilius. Pour lui la mobilité, l’activité voyageuse est liée à l’inconstance spirituelle. Le voyage gesticulant est aussi périlleux que la lecture cursive. Dès le début de ses lettres à Lucilius, le grand  Sénèque met un point d’honneur à attaquer le monde moderne.

Extraits :

Lettre II

« Ce que tu m’écris et ce que j’apprends me fait bien espérer de toi. Tu ne cours pas çà et là, et ne te jettes pas dans l’agitation des déplacements. Cette mobilité est d’un esprit malade. Le premier signe, selon moi, d’une âme bien réglée, est de se figer, de séjourner avec soi. Or prends-y garde : la lecture d’une foule d’auteurs et d’ouvrages de tout genre pourrait tenir du caprice et de l’inconstance. Fais un choix d’écrivains pour t’y arrêter et te nourrir de leur génie, si tu veux y puiser des souvenirs qui te soient fidèles. C’est n’être nulle part que d’être partout. Ceux dont la vie se passe à voyager finissent par avoir des milliers d’hôtes et pas un ami. »

 

Un peu de latin :

 

« Nusquam est qui ubique est. Vitam in peregrinatione exigentibus hoc evenit, ut multa hospitia habeant, nullas amicitias. »

 

Sénèque confond peut-être le voyage avec la recherche d’un équilibre perdu (Siddhârta ?). C’est une définition préromantique qui convenait aux voyages de l’ancienne jeunesse. Mais le tourisme est moins que cela. La critique ici ne passe pas, mais nous la diffusons pour sa beauté :

 

Lettre XXVIII

 

« Tu cours çà et là pour rejeter le faix qui te pèse ; et l’agitation même le rend plus insupportable. Ainsi sur un navire une charge immobile est moins lourde : celle qui roule par mouvements inégaux fait plus tôt chavirer le côté où elle porte. Tous tes efforts tournent contre toi, et chaque déplacement te nuit : tu secoues un malade. Mais, le mal extirpé, toute migration ne te sera plus qu’agréable. Qu’on t’exile alors aux extrémités de la terre ; n’importe en quel coin de pays barbare on t’aura cantonné, tout séjour te sera hospitalier. »

 

Lettre LXIX

 

« Je n’aime pas à te voir changer de lieux et voltiger de l’un à l’autre. D’abord de si fréquentes migrations sont la marque d’un esprit peu stable. La retraite ne lui donnera de consistance que s’il cesse d’égarer au loin ses vues et ses pensées. Pour contenir l’esprit, commence par fixer le corps, autre fugitif (Ut animum possis continere, primum corporis tui fugam siste) ; et puis c’est la continuité des remèdes qui les rend surtout efficaces ; n’interromps point ce calme et cet oubli de ta vie antérieure ».

 

J’ajoute ces phrases sublimes sur le refus de la possession visuelle (et c’était avant les selfies…) :

 

« Laisse à tes yeux le temps de désapprendre, et à tes oreilles de se faire au langage de la raison, sine dediscere oculos tuos, sine aures assuescere sanioribus verbis.Dans chacune de tes excursions, ne fût-ce qu’en passant, quelque objet propre à réveiller tes passions viendra t’assaillir. »

 

Le voyage ne contente qu’enfant. Le tourisme comme activité puérile ? Il crée mal-être, volonté de fuite et saturation…

 

Lettre CIV

 

« Jamais changement de climat a-t-il en soi profité à personne ? Il n’a pas calmé la soif des plaisirs, mis un frein aux cupidités, guéri les emportements, maîtrisé les tempêtes de l’indomptable amour, délivré l’âme d’un seul de ses maux, ramené la raison, dissipé l’erreur. Mais comme l’enfant s’étonne de ce qu’il n’a jamais vu, pour un moment un certain attrait de nouveauté nous a captivés. Du reste l’inconstance de l’esprit, alors plus malade que jamais, s’en irrite encore, plus mobile, plus vagabonde par l’effet même du déplacement. Aussi les lieux qu’on cherchait si ardemment, on met plus d’ardeur encore à les fuir et, comme l’oiseau de passage, on vole plus loin, on part plus vite qu’on n’était venu. »

 

Une seule solution pour progresser :

 

« C’est à l’étude qu’il faut recourir et aux grands maîtres de la sagesse, pour apprendre leurs découvertes, pour rechercher ce qui reste à trouver. Ainsi l’âme se rachète de son misérable esclavage et ressaisit son indépendance. »

 

Et la belle sentence sur notre vie comme quête de guérison (il faut se guérir d’être né si imparfait). Ce n’est pas très nietzschéen, mais c’est stoïcien :

 

 

« Tu t’étonnes de fuir en vain ? Ce que tu fuis ne t’a pas quitté. C’est à toi-même à te corriger ; rejette ce qui te pèse et mets à tes désirs au moins quelque borne. Purge ton âme de toute iniquité : pour que la traversée te plaise, guéris l’homme qui s’embarque avec toi. »

 

 

Sources

 

Nicolas Bonnal – Le livre noir de la décadence romaine (Amazon.fr) ; les voyageurs éveillés ; apocalypse touristique.

Sénèque – lettres à Lucilius

 

Comment le philosophe Sénèque célèbre Dieu (XLI)

 

 

Il n’est pas besoin d’élever les mains vers le ciel, ni de gagner le gardien d’un temple pour qu’il nous introduise jusqu’à l’oreille de la statue, comme si de la sorte elle pouvait mieux nous entendre ; il est près de toi le Dieu, il est avec toi, il est en toi. Oui, Lucilius, un esprit saint réside en nous (sacer intra nos spiritus sedet), qui observe nos vices et veille sur nos vertus, qui agit envers nous comme nous envers lui. Point d’homme de bien qui ne l’ait avec soi. Qui donc, sans son appui, pourrait s’élever au-dessus de la Fortune ? C’est lui qui inspire les grandes et généreuses résolutions. Dans chaque âme vertueuse il habite…(In unoquoque virorum bonorum [quis deus incertum est] habitat deus).

 

Quel dieu ? Nul ne le sait, mais il habite un dieu.

 

S’il s’offre à tes regards un de ces bois sacrés peuplé d’arbres antiques qui dépassent les

proportions ordinaires, où l’épaisseur des rameaux étagés les uns sur les autres te

dérobe la vue du ciel, l’extrême hauteur des arbres, la solitude du lieu, et ce qu’a

d’imposant cette ombre en plein jour si épaisse et si loin prolongée te font croire qu’un

Dieu est là. Et cet antre qui, sur des rocs profondément minés, tient une montagne

suspendue, cet antre qui n’est pas de main d’homme, mais que des causes naturelles ont

creusé en voûte gigantesque ! ton âme toute saisie n’y pressent-elle pas quelque haut

mystère religieux ? Nous vénérons la source des grands fleuves ; au point où tout à

coup de dessous terre une rivière a fait éruption on dresse des autels ; toute veine d’eau

thermale a son culte, et la sombre teinte de certains lacs ou leurs abîmes sans fond les

ont rendus sacrés. Et si tu vois un homme que n’épouvantent point les périls, pur de

toute passion, heureux dans l’adversité, calme au sein des tempêtes, qui voit de haut les

hommes et à son niveau les dieux, tu ne seras point pénétré pour lui de vénération ! Tu

ne diras point : Voilà une trop grande, une trop auguste merveille pour la croire

semblable à ce corps chétif qui l’enferme ! Une force divine est descendue là (Vis isto divina descendit). Cette âme supérieure, maîtresse d’elle-même, qui juge que toute chose est au-dessous d’elle et qui passe, se riant de ce que craignent ou souhaitent les autres, elle est mue par une puissance céleste. Un tel être ne peut se soutenir sans la main d’un Dieu : aussi tient-il par la meilleure partie de lui-même au lieu d’où il est émané. Comme les rayons du soleil, bien qu’ils touchent notre sol, n’ont point quitté le foyer qui les lance ; de même

cette âme sublime et sainte, envoyée ici-bas pour nous montrer la divinité de plus près,

se mêle aux choses de la terre sans se détacher du ciel sa patrie. Elle y est suspendue,

elle y regarde, elle y aspire, elle vit parmi nous comme supérieure à nous…

« Tout homme qui aspire à se distinguer du reste des animaux doit faire tous ses efforts pour ne point traverser silencieusement la vie, comme la brute que la nature a courbée vers le sol et asservie à ses appétits. »

La phrase du jour de Salluste

Tout homme qui aspire à se distinguer du reste des animaux doit faire tous ses efforts pour ne point traverser silencieusement la vie, comme la brute que la nature a courbée vers le sol et asservie à ses appétits.

 

Omnis homines, qui sese student præstare ceteris animalibus, summa ope niti decet vitam silentio ne transeant, veluti pecora, quæ natura prona³ atque ventri obedientia finxit.

 

PS la plupart des connards pompent chaque jour les milliards de phrases ennuyeuses qui traînent dans les innombrables dicos de citations américanisées.

Nicolas Bonnal relit lui chaque jour avant d’écrire  un traité civilisé de grand ancien dans le texte ; et vous le transmet.

Comment Sénèque nous met en garde contre nos trouilles conditionnées

Ne sis miser ante tempus : Sénèque et les fausses peurs spectaculaires

 

Je pense à toutes les paniques que nous instillent les médias-catastrophes pour nous conditionner et nous manipuler – pour vendre aussi (indices d’écoute et pubs) ! Attentats, crise, chômage, islamisme, fascisme, intolérance…

 

Ce n’est pas tout :

Réchauffement climatique, cyclones, invasions-migrations, guerre contre la Russie, troisième guerre mondiale, achat d’or, tout est pire chez les antisystèmes qui sont souvent plus trouillards. Et que tout va s’écrouler, et que j’ai acheté de l’or, et que j’ai creusé un trou sous la terre pour me cacher en cas d’occupation par les Alien ! La vérité, comme dit mon vieil ami Vittorio, c’est qu’il faut réagir quand on a mal, pas quand on a peur !

 

Sénèque donc :

animus sibi falsas imagines fingit

 

Oui, l’âme imagine trop de choses fausses, on est bien d’accord, ô sage de Cordoue !

« Il y a, ô Lucilius, plus de choses qui font peur qu’il n’y en a qui font mal, et nos peines sont plus souvent d’opinion que de réalité. »

 

C’est trop beau, alors on cite en latin :

 

Plura sunt, Lucili, quae nos terrent quam quae premunt, et saepius opinione quam re laboramus.

 

« Je te parle ici le langage non des stoïciens, mais de l’autre école, moins hardie. Car nous disons, nous, que tout ce qui arrache à l’homme la plainte ou le cri des douleurs, tout cela est futile et à dédaigner. Oublions ces doctrines si hautes et néanmoins si vraies : ce que je te recommande, c’est de ne pas te faire malheureux avant le temps (ne sis miser ante tempus) ; car ces maux, dont l’imminence apparente te fait pâlir, peut-être ne seront jamais, à coup sûr ne sont point encore. Nos angoisses parfois vont plus loin, parfois viennent plus tôt qu’elles ne doivent ; souvent elles naissent d’où elles  ne devraient jamais naître. Elles sont ou excessives, ou chimériques, ou prématurées. »

 

Du latin encore :

 

aut augemus dolorem aut praecipimus aut fingimus.

 

« Examine d’abord si des signes certains présagent la venue du mal, car presque toujours de simples soupçons nous abattent, dupes que nous sommes de cette renommée qui souvent défait des armées entières, à plus forte raison des combattants isolés. Oui, cher Lucilius, on capitule trop vite devant l’opinion… »

 

Ita est, mi Lucili: cito accedimus opinioni

 

Sénèque parle étonnamment de l’opinion, comme on parle aujourd’hui de l’opinion publique fabriquée de A à Z. Mais si elle n’était pas fabriquée par le neuro-piratage de nos prétentieux, si elle était naturelle cette opinion ?

Sénèque encore :

 

« On ne va point reconnaître l’épouvantail, on n’explore rien, on ne sait que trembler et tourner le dos comme les soldats que la poussière soulevée par des troupeaux en fuite a chassés de leur camp, ou qu’un faux bruit semé sans garant frappe d’un commun effroi. »

 

Un peu de latin encore, cette langue qui nous faisait peur au lieu de nous instruire :

 

« et sic vertimus terga quemadmodum illi quos pulvis motus fuga pecorum exuit castris aut quos aliqua fabula sine auctore sparsa conterruit. »

 

Et il ajoute, le précepteur suprême :

 

« Je ne sais comment le chimérique alarme toujours davantage : c’est que le vrai à sa mesure, et que l’incertain avenir reste livré aux conjectures et aux hyperboles de la peur. »

 

Plus grave :

« Aussi n’est-il rien de si désastreux, de si irrémédiable que les terreurs paniques : les autres ôtent la réflexion, celles-ci, jusqu’à la pensée. Appliquons donc ici toutes les forces de notre attention. Il est vraisemblable que tel mal arrivera, mais est-ce là une certitude ? Que de choses surviennent sans être attendues, que de choses attendues ne se produisent jamais ! Dût-il même arriver, à quoi bon courir au-devant du chagrin ? il se fera sentir assez tôt quand il sera venu : d’ici là promets-toi meilleure chance. »

 

Sénèque regrette que l’on se rende la vie impossible avec toutes ces histoires de catastrophes :

 

« Or la vie n’est plus d’aucun prix, nos misères n’ont plus de terme, si l’on craint tout ce qui en fait de maux est possible. Que ta prudence te vienne en aide, emploie ta force d’âme à repousser la peur du mal même le plus évident ; sinon, combats une faiblesse par une autre, balance la crainte par l’espoir. »

 

Il est vrai que la peur affole et crée du flux ! Sénèque, envoyant le troupeau s’agiter :

 

« Représente-toi souvent combien la majeure partie des hommes, alors qu’ils n’éprouvent aucun mal, qu’il n’est pas même sûr s’ils en éprouveront, s’agitent et courent par tous chemins. C’est que nul ne sait se résister, une fois l’impulsion donnée, et ne réduit ses craintes à leur vraie valeur. »

 

On me parla à l’école de ce sage de la Grèce antique qui sortit de sa ville les mains vides. Et quand on le questionna sur ses biens : « je les ai tous avec moi ».

 

 

Sénèque, Lettres à Lucilius, livre I, lettre XIII

 

« Romanus sum » inquit, « civis; C. Mucium vocant. Hostis hostem occidere volui, nec ad mortem minus animi est, quam fuit ad caedem; et facere et pati fortia Romanum est.

Autorisé par le sénat, il cache un poignard sous ses vêtements, et part. (6) Dès qu’il est arrivé, il se jette dans le plus épais de la foule qui se tenait près du tribunal de Porsenna. (7) On distribuait alors la solde aux troupes ; un secrétaire était assis près du roi, vêtu à peu près de la même manière, et, comme il expédiait beaucoup d’affaires, que c’était à lui que les soldats s’adressaient, Mucius, craignant que s’il demandait qui des deux était Porsenna, il ne se fît découvrir en laissant voir son ignorance, s’abandonna au caprice de la fortune, et tua le secrétaire au lieu du prince. (8) Il se retirait au milieu de la foule effrayée, s’ouvrant un chemin avec son fer ensanglanté, lorsque, au cri qui s’éleva au moment du meurtre, les gardes du roi accoururent, le saisirent, et le menèrent devant le tribunal. Là, sans défense et au milieu des plus terribles menaces du destin, bien loin d’être intimidé, il était encore un objet de terreur. (9) « Je suis un citoyen romain, dit-il ; on m’appelle Gaius Mucius. Ennemi, j’ai voulu tuer un ennemi, et je ne suis pas moins prêt à recevoir la mort que je ne l’étais à la donner. Agir et souffrir en homme de cœur est le propre d’un Romain. (10) Et je ne suis pas le seul que ces sentiments animent. Beaucoup d’autres, après moi, aspirent au même honneur. Apprête-toi donc, si tu crois devoir le faire, à combattre pour ta vie à chaque heure du jour. Tu rencontreras un poignard et un ennemi jusque sous le vestibule de ton palais. (11)Cette guerre, c’est la jeunesse de Rome, c’est nous qui te la déclarons. Tu n’as à craindre aucun combat, aucune bataille. Tout se passera de toi à chacun de nous. »

(12) Alors le roi, tout à la fois enflammé de colère et épouvanté du danger qu’il court, ordonne que Mucius soit environné de flammes, et le menace de l’y faire périr s’il ne se hâte de lui découvrir le complot mystérieux dont il cherche à l’effrayer. (13) « Vois, lui répliqua Mucius, vois combien le corps est peu de chose pour ceux qui n’ont en vue que la gloire. » Et en même temps il pose sa main sur un brasier allumé pour le sacrifice, et la laisse brûler comme s’il eût été insensible à la douleur. Étonné de ce prodige de courage, le roi s’élance de son trône, et, ordonnant qu’on éloigne Mucius de l’autel : (14) « Pars, lui dit-il, toi qui ne crains pas de te montrer encore plus ton ennemi que le mien. J’applaudirais à ton courage s’il était destiné à servir ma patrie. Va, je n’userai point des droits que me donne la guerre : je te renvoie libre, ta personne est désormais inviolable. » (15) Alors Mucius, comme pour reconnaître tant de générosité : « Puisque tu sais, dit-il, honorer le courage, tu obtiendras de moi, par tes bienfaits, ce que tu n’as pu obtenir par tes menaces. Nous sommes trois cents, l’élite de la jeunesse romaine, qui avons juré ta mort. (16) Le sort m’a désigné le premier ; les autres viendront à leur tour, et tu les verras tous successivement, jusqu’à ce que l’un d’eux ait trouvé l’occasion favorable. »

Nicolas Bonnal publie encore… C’est trop, arrêtez, Nicolas Bonnal !!!

Les paganismes au cinéma

 

Le paganisme au cinéma : vaste sujet, car le paganisme a  inspiré tous les cinémas populaires depuis un siècle. Les épopées, les grandes histoires d’amour, les récits d’aventures initiatiques ou de navigation (pour ne pas parler des voyages), les contes de fées, les récits fantastiques ont tous bien sûr une belle origine païenne que nous étudions ici.

Ce gros livre rassemble nos différentes études sur le paganisme au cinéma. Il démarre par une étude du phénomène culturel païen aux temps modernes de la culture industrielle, puis il étudie les cinématographies que nous avons jugées les plus intéressantes pour approcher ce sujet vaste et complexe, et surtout ignoré. On trouvera donc une étude des cinématographies française, anglo-saxonne et américaine ; et aussi une étude des cinémas soviétiques germanique et nippon, ces derniers nous ayant semblé les plus appropriés pour comprendre le phénomène païen.

 

Les lecteurs amateurs de science-fiction attendront un prochain ouvrage que nous consacrerons à ce genre important, que nous avons déjà évoqué dans nos livres sur Kubrick et sur Ridley Scott.