Vivre comme si nous n’avions rien à cacher – par Sénèque

Vivre comme si nous n’avions rien à cacher

Vivre comme si nous n’avions rien à cacher (par Sénèque, XLIII)

LETTRE XLIII.

Vivre comme si l’on était sous les yeux de tous. – La conscience.

Tu me demandes comment cela est venu jusqu’à moi ; qui m’a pu dire ta pensée

que tu n’avais dite à personne ? « Celle qui sait tant de choses : la renommée. » Quoi !

diras-tu, suis-je assez important pour mettre la renommée en émoi ? – Ne te mesure pas

sur l’endroit où je suis, mais sur celui que tu habites. Qui domine ses voisins est grand

où il domine. La grandeur n’est pas absolue : elle gagne ou perd par comparaison. Tel

navire, grand sur un fleuve, est fort petit en mer ; le même gouvernail, trop fort pour tel

navire, est exigu pour tel autre. Toi aujourd’hui, tu as beau te rapetisser, tu es grand

dans ta province : tes actions, tes repas, ton sommeil, on épie, on sait tout. Tu n’en dois

que mieux t’observer dans ta conduite. Mais ne t’estime heureux que le jour où tu

pourrais vivre sous les yeux du public, où tes murailles te défendraient sans te cacher,

ces murailles que presque tous nous croyons faites moins pour abriter nos personnes

que pour couvrir nos turpitudes. Je vais dire une chose qui peut te faire juger de nos

moeurs : à peine trouverais-tu un homme qui voulût vivre portes ouvertes. C’est la

conscience plutôt que l’orgueil qui se retranche derrière un portier. Nous vivons de telle

sorte que c’est nous prendre en faute que de nous voir à l’improviste. Mais que sert de

chercher les ténèbres, de fuir les yeux et les oreilles d’autrui ? Une bonne conscience

défierait un public ; une mauvaise emporte jusque dans la solitude ses angoisses et ses

alarmes. Si tes actions sont honnêtes, qu’elles soient sues de tous ; déshonorantes,

qu’importe que nul ne les connaisse ? tu les connais, toi. Que je te plains, si tu ne tiens

pas compte de ce témoin-là !

 

èque, XLIII)